Transit baryté ou aux hydrosolubles

région explorée par le transit

La région explorée par le transit est coloriée en rouge.

Introduction

Le transit est l'exploration du tube digestif haut (œsophage, estomac, duodénum, intestin grêle) par un produit de contraste radio-opaque absorbé par voie orale. Des radiographies sont prises durant l’examen.

Transit baryté double contraste

Les lésions situées à l'intérieur du tube digestif ne peuvent pas être démontrées par une radiographie simple. La surface interne du tube digestif est donc moulée par du produit de contraste opaque aux rayons X. Pour arriver à ce but, le radiologue emploie un mélange d'air et de baryum. Ce mélange se colle à la couche de cellules couvrant la surface interne du tube digestif. Cette couche de cellules, c'est-à-dire la surface interne du tube digestif, est appelée muqueuse. Celle-ci est lésée lors d’inflammation ou d’ulcère. Cette muqueuse est également le siège de cancers. C'est la muqueuse du tube digestif (ainsi que les lésions de cette muqueuse) qui est rendu visible aux rayons X par l’emploi du produit de contraste. De simples radiographies permettront de fixer ces images et de dresser une cartographie des lésions du tube digestif haut.

Transit aux produits iodés hydrosolubles

Il peut arriver qu'un segment d'intestin malade soit enlevé au cours d'une intervention chirurgicale. Les segments intestinaux seront mis bout à bout par une suture ou des agrafes. Une complication possible à ce niveau est une fuite du bol alimentaire hors du tube digestif. Ce bol alimentaire est radio-transparent (c'est-à-dire invisible sur une radiographie standard) et la fuite ne pourra être détectée par une radiographie seule. Le principe de cet examen est d’ingérer un produit de contraste radio-opaque iodé à l'intérieur du tube digestif. S'il s'échappe, le produit situé hors du tube digestif est cette fois-ci visible aux rayons X et une radiographie standard révèlera la localisation extra-intestinale de ce produit de contraste. Un transit aux produits iodés hydrosolubles consiste donc simplement en une prise de multiples radiographies lors de l'ingestion de contraste radio-opaque.

Préparation pour un transit baryté.

La présence de nourriture ou de liquide dans l'estomac ou l'intestin grêle rendra difficile voire impossible la visualisation de la muqueuse. Dés lors, n'importe quelle lésion peut être manquée. La veille de l'examen, aucune nourriture ne doit être absorbée depuis 21h. Le jour de l'examen, les médicaments habituels importants doivent être pris tôt le matin avec le strict minimum d'eau. En raison du jeûne, les diabétiques insulinotraités doivent contacter leur médecin pour adapter leur traitement.
Interdiction de fumer
Fournir au radiologue l'ensemble de son dossier radiologique.
Indiquer au radiologue l'ensemble de ses maladies, interventions chirurgicales

Déroulement d'un lavement transit double contraste.

L'examen est effectué par le radiologue. Le technicien sera dans la salle. Cet examen fournit des images en temps réel de l'œsophage, de l'estomac et de l'intestin grêle de sorte qu'il se déroule dans une pièce sombre pour faciliter la lecture de l'écran vidéo. Vous serez allongé sur le dos sur la table d'examen. Une bonne détection des lésions exige que toutes les parois du côlon soit uniformément recouvert de contraste Pour effectuer cette tâche, il vous sera demandé à certains moments de vous mettre sur le côté gauche ou droit, sur le ventre ou sur le dos, etc. Pour dégager certaines parties de l'estomac comme le fundus, la table sera mise en position verticale et vous vous tiendrez à des poignets. Cet examen requiert donc une certaine mobilité et coopération du patient: la qualité de l'examen en dépend. Une série d'images sera prises tout au long de l'examen de l'œsophage, de l'estomac et de l'intestin grêle. Il vous sera donc demandé de bloquer votre respiration pendant la prise de ces clichés. Une photo prise chez quelqu'un qui bouge est floue!

Performances / Indications / limitations d'un transit

Remarques:
Le terme transit décrit l'exploration radiologique du tube digestif haut par l'ingestion d'un produit de contraste opaque aux rayons X. L'examen peut être limité à l'œsophage et l'on parle de transit œsophagien. L'examen peut comprendre une exploration de l'œsophage, de l'estomac et du cadre duodénal. On parle dans ce cas d'un transit œsogastrique. Si la région examinée inclus l'intestin grêle, on parle de transit suivi.

Transit au produit de contraste iodé hydrosoluble

Un transit au produit iodé hydrosoluble a généralement pour but la recherche d'une fuite au niveau d'une anastomose chirurgical ou d'une perforation du tube digestif haut. Il permet également de vérifier l'absence de rétrécissement au niveau du montage chirurgical. Le type de contraste choisi évite toute irritation supplémentaire dans la cavité péritonéale en cas de fuite. Par contre, il ne permet pas de détecter la présence de lésions de la muqueuse intestinale.

transit baryté double contraste

Un transit baryté double contraste peut détecter des ulcères, des diverticules, des polypes, des inflammations, des tumeurs malignes ou bénignes, etc. Cet examen radiologique ne permet pas de dire avec certitude si une leacute;sion est maligne ou bénigne, voire inflammatoire. Pour ces raisons, beaucoup de médecins débutent les investigations par une endoscopie durant laquelle on peut effectuer un prélèvement de tissu de la lésion. Ce tissu est envoyé à un laboratoire et son examen au microscope permettra de dire s'il s'agit d'une lésion bénigne, maligne ou inflammatoire. Le transit est donc un examen un peu tombé en désuétude. Le transit baryté double contraste est parfois nécessaire au chirurgien comme cartographie pour la planification de son intervention. Il peut être également utile au radiothérapeute comme cartographie à fins de planification du traitement ou dans le cadre du suivi.

Bibliographie

• Jaffe TA, Gaca AM, Delaney S, Yoshizumi TT, Toncheva G, Nguyen G, Frush DP. Radiation doses from small-bowel follow-through and abdominopelvic MDCT in Crohn's disease. AJR Am J Roentgenol. 2007 Nov;189(5):1015-22.