Allaitement et utilisations de produits de contrastes lors d'examens radiologiques

Allaitement et injection de produits de contrastes iodés

Certains examens radiologiques comme le scanner, l'artériographie ou l'urographie, nécessitent une injection intraveineuse d'un produit de contraste iodé. Une quantité extrêmement faible de produit de contraste iodé injecté à la mère se retrouvera dans le lait maternel. La quantité retrouvée dans le tube digestif du nourrisson est estimé à 1% du volume injecté à la mère. La muqueuse digestive du nourrisson n'en absorbera que moins d'1% de la quantité qui se trouve dans son intestin. La quantité absorbée de contraste par le nouveau-né semble donc dérisoire et aucun cas de toxicité n'a été rapporté dans la littérature médicale.

Allaitement et Produits de contrastes injectés lors d'examens par résonance magnétique

Pour l'IRM, le produit de contraste le plus fréquemment employé est une terre rare: le chélate de gadolinium. La quantité retrouvée dans le tube digestif du nourrisson est très faible et un arrêt de l'allaitement pendant 24h après un examen IRM est recommandé. Attention, de nouveaux produits de contraste pour les examens IRM contenant du manganèse ou du fer ont été mis sur le marché. Une suspension momentanée de l'allaitement pendant 2 semaines est requis pour ces produits de contraste. Dés lors, le médecin radiologue, responsable de l'examen, doit être interrogé sur la durée de l'allaitement.

Bibliographie

The use of iodinated and gadolinium contrast media during pregnancy and lactation Webb JA,Thomsen HS, Morcos SK. Eur Radiol. 2005;15(6):1234