Risques liés aux rayons X

Les effets délétères des rayons X sont bien connus : mutations génétiques, apparitions de cancer ("cancers radio-induits"), et malformations fœtales.

Le scanner est une modalité qui utilise les rayons X. Sa valeur dans le diagnostic des maladies est bien reconnue. C'est une technique largement disponible : tout service d'urgence (digne de ce nom - bien entendu!) possède son scanner (sinon deux). Le scanner est considéré aujourd'hui comme un nouveau stéthoscope par les patients, un certain nombre de médecins traitants et d'urgentistes et cette technique n'est pas utilisé avec parcimonie. Il est facile de parcourir les fichiers des instituts de radiologie (RIS = Système d'information radiologique) pour s'apercevoir que le nombre d'enfants ayant eu plus de 2 scanners avant l'âge de 15 ans n'est pas négligeable: accident, mal de tête, mal au ventre, etc. Le nombre de patients ayant eu plus de 10 scanners avant l'âge de 45 ans n'est pas non plus infinitésimal: examen diagnostique, suivi oncologique, complications, etc. Les doses de rayonnement X reçues lors d'un examen tomodensitométriques sont faibles, mais le cumul des examens commencent à poser problème: celui de la carcinogenèse induit par les examens radiologiques.

Les risques des doses peu élevées de radiations sont mal connus. Cette connaissance dérive des études épidémiologiques des survivants des bombes atomiques larguées en 1945 et des travailleurs de l'industrie nucléaire. Dans leur article publié dans le New England Journal of Medicine, Brenner et Hall soulignent que les 400000 travailleurs de l'industrie nucléaires étudiés étaient exposés à une dose moyenne de 20 mSv alors qu'un individu subissant un examen tomodensitométrique avec un scanner multibarrette peut être exposé à une dose de 30-90 mSV. Si pour un individu donné, le risque d'avoir un cancer est faible, ces deux auteurs estiment qu'à l'échelle d'un pays les cancers radioinduits par les examens radiologiques deviennent un problème de santé publique. Avec l'utilisation actuelle des examens tomodensitométriques, Brenner et Hall pensent, que pour des pays développés, 1.5-2% des cas de cancer pourraient être attribués à une irradiation médicale diagnostique (sur une période de 5 ans).

De nombreux examens de tomodensitométrie sont demandés sans justification avérée autre motivation qu’une réassurance des patients, qu’un service d’urgences plein (il faut libérer des places,..), qu’un pseudo-contexte médico-légal, etc. Pour chaque examen radiologique prescrit, peut-être serait-il judicieux que patients et médecins discutent du rapport coût (risques encourus) / Bénéfice attendu de chaque procédure radiologique.

Clairement, le moyen le plus efficace pour réduire le nombre de cancers radio induits dans la population est de ne pas réaliser d’examens radiologiques inutiles.

Tout examen effectué avec des rayons X devrait donc satisfaire aux deux critères suivants:
• la demande d'examen est dûment justifiée.
• la dose délivrée lors de cet examen est la plus petite possible.

Doses reçues lors d'un examen radiologique

Sur terre tous les êtres humains sont exposés à une irradiation naturelle provenant du rayonnement cosmique, des roches composant la croûte terrestre ainsi que de l'activité humaine. La dose reçu peut être par exemple de 3mSv pour une année.

Une idée du rayonnement reçu lors d'un examen radiologique est donné par le tableau ci-dessous. Voici comment il faut lire ce tableau: lorsque vous effectuez une radiographie du thorax, vous recevez l'équivalent d'une irradiation naturelle de 2,4 jours


Examen radiologique Dose effective (mSv) Nombre de jours équivalents
Radiographie thoracique 0.02 2,4
Radiographie du crâne 0.07 8,5
Mammographie 0.7 80
Colonne lombaire 1.3 158
Urographie intraveineuse 2,5 304
transit 3 1 année
lavement baryté 7 2,3 années
scanner tête 2.0 243 jours
scanner thorax 8 2,7 années
scanner abdomen 10 3,3 années
coronarographie par scanner 21,4 6,9 années

Source:
• U.S. Food and Drug Administration (adapted from a report of the European Commission).
• Coronaographie par scanner: Einstein AJ, Moser KW, Thompson RC, Cerqueira MD, Henzlova MJ. Radiation dose to patients from cardiac diagnostic imaging. Circulation. 2007 Sep 11;116(11):1290-305.

Bibliographie

Brenner DJ, Hall EJ. Computed tomography--an increasing source of radiation exposure. N Engl J Med. 2007 Nov 29;357(22):2277-84.

MENU