Arthrose (articulations périphériques)

L'arthrose est caractérisée par une destruction lente et progressive du cartilage des articulations. Cette phase est cliniquement silencieuse. Cette désintégration du cartilage provoque un épaississement réactif de l'os sous-jacent ainsi que la formation d'excroissance osseuse sur chaque pièce osseuse composant l'articulation. Cet épaississement de l'os est visible sur les radiographies comme une sclérose. Les excroissances osseuses, qui apparaissent aux berges de l'articulation, sont appelées des ostéophytes. Le cartilage articulaire facilite le mouvement entre les pièces osseuses. La suppression progressive de ce cartilage entraîne à la fois un rétrécissement de l'espace articulaire et une diminution de la mobilité. La formation des ostéophytes contribuent également à diminuer l'amplitude des mouvements. L'utilisation de cette articulation entraîne des douleurs qui vont cesser avec le repos. Lorsque la maladie progresse, les douleurs peuvent être continuelles.

Quelques caractéristiques:
• c'est la maladie osseuse la plus fréquente chez l'homme;
• la prévalence de la maladie augmente avec l'âge (2% avant 45ans, 30% entre 45 et 64ans, 70% après 65 ans).
• il n'y a pas une bonne corrélation entre l'image radiologique et les symptômes.

Quelques facteurs favorisant ou provoquant l'apparition d'une arthrose:
• des microtraumas répétitifs sur les articulations (ouvriers manipulant des marteaux-piqueurs, danseuses de ballet, joueurs professionnels de baseball, etc.)
• un traumatisme (exemple: les fractures de la cheville)
• des facteurs mécaniques (inégalités de longueur des membres inférieurs)
• des maladies métaboliques (l'alcaptonurie, la goutte, par exemples)
• des maladies endocrines (acromégalie, hyperparathyroïdisme, etc.)
• des maladies osseuses (nécrose avasculaire, maladie de Paget, arthrite, etc.)
• des neuropathies (Charcot)
• la chondrocalcinose.

Pour toutes les petites articulations, l'arthrose se manifeste radiologiquement par:
• un rétrécissement de l'espace articulaire
• une sclérose / une éburnation de l'os sous-chondral dans les zones non soumises au stress mécanique
• une ostéophytose au bord de l'articulation ou dans les zones non soumises au stress mécanique
• la formation de géodes ou de kystes sous-chondraux.

Pour des articulations comme la hanche ou le genou, l'évolution lente, inexorable conduit le plus souvent à la mise en place d'une prothèse.

Des radiographies avec des légendes explicatives sont atteignables par les liens se trouvant dans la colonne de droite.