Adénome surrénalien

Généralités

Ces tumeurs bénignes, issues du cortex surrénalien, sont assez fréquentes. Plus de 70% des adénomes surrénaliens se caractérisent par un contenu intracellulaire riche en lipides (cholestérol, acide gras, graisse neutre). Seulement une minorité d'adénome surrénalien a un contenu pauvre graisse intracellulaire.

La fréquence des adénomes surrénaliens augmente avec l’âge.

L'adénome surrénalien peut sécréter une quantité excessive d'hormones et, dans ce cas, il peut être à l'origine d'un tableau clinique et paraclinique caractéristique. Le syndrome de Cushing résulte d'une surproduction de cortisol. Le syndrome de Conn découle d'une sécrétion excessive d'aldostérone.

Les adénomes surrénaliens qui ne donnent pas lieu à une sécrétion excessive d'hormone, sont dit non fonctionnels. Les adénomes surrénaliens non sécrétant sont les plus fréquents. Ce type de lésion est généralement asymptomatique et est découvert fortuitement.

Note:
A l’inverse, les lésions surrénaliennes malignes ont un contenu bas en graisse intracellulaire.

Dilemme diagnostique

Il apparait dans deux situations cliniques différentes:
• Découverte d'une masse surrénalienne lors d'un examen tomodensitométrique ou IRM réalisé à la recherche d'une autre pathologie (incidentalome).
Problème: s'agit-il d'un adénome, d'une autre lésion bénigne ou d'une néoplasie?
• Découverte d'une masse surrénalienne lors d'un examen tomodensitométrique ou IRM réalisé comme bilan carcinologique.
Problème: s'agit-il d'un adénome, d'une autre lésion bénigne ou d'une métastase?

La tomodensitométrie et l'IRM permettent de caractériser la vaste majorité des masses surrénaliennes. Néanmoins, un petit pourcentage de ces lésions ne peut être étiqueter et elles sont dites indéterminées.

Selon la taille de la lésion et le contexte clinique/paraclinique, les masses surrénaliennes indéterminées sont suivies radiologiquement, biopsiées ou réséquées.

Aspect tomodensitométrique et IRM

Les adénomes surrénaliens se présentent le plus souvent comme des lésions homogènes et bien délimitées.

En raison de son haut contenu intracellulaire en graisse, la densité scanner d'un adénomes surrénalien est abaissée. Dès lors, cette lésion peut être caractérisée avec une bonne fiabilité par l'examen tomodensitométrique.

Ce riche contenu graisseux donne également lieu à un comportement caractéristique en imagerie par résonance magnétique (IRM).

La caractérisation des masses surrénaliennes par le scanner ou l'IRM est discutée sur des pages spéciales (voir menu colonne de droite).

Remarques:
Le scanner ou l'IRM ne permettent pas de différencier les adénomes sécrétants des non-sécrétants.
Toutefois, la présence d’une atrophie surrénalienne controlatérale peut constituer un argument en faveur d’un adénome sécrétant.