Adénome de la surrénale: aspect en IRM

La caractérisation d'une masse surrénalienne comme adénome par la technique d'imagerie par résonance magnétique (IRM) est effectuée avec un haut degré d'exactitude. La séquence opposition de phase est utilisée pour cette classification des masses surrénaliennes.

Cette technique est basée sur le décalage entre la fréquence de résonance des protons de l’eau et celle des protons de la graisse. Les protons de la graisse et de l'eau sont ainsi périodiquement déphasées les uns par rapport aux autres de quelques millisecondes. L'importance de ce décalage dépend de l’intensité du champ magnétique de l'appareil utilisé.

En faisant varier le délai entre l’excitation et l’acquisition du signal sur les séquences en écho de gradient, on peut choisir d'imager les moments où les protons de l'hydrogène de la graisse et de l’eau sont en phase (il y a un «effet additif» du signal des protons) ou en opposition de phase (il y a un «effet d'annihilation» du signal des protons). Les différentes coupes en phase et opposition de phase sont réalisées aux mêmes niveaux.

Les adénomes surrénaliens ont un important contenu graisseux intracellulaire. Comme les protons de la graisse et de l'eau ont des mouvements de précession différents, dans un voxel et durant l'imagerie en opposition de phase, le signal de l'eau et de la graisse peut s'annuler. Ainsi s'explique la chute de signal observée lorsque l'on compare le signal de la masse surrénalienne durant l'imagerie «en phase» et «opposition de phase».
Les masses surrénaliennes pauvres en lipides, comme les métastases, ne montreront pas de changement significatif de l'intensité du signal durant l'imagerie en phase et en opposition de phase.

Remarques:
• Sur une machine de 1,5 Tesla, le TE correspondant à la séquence en phase est approximativement de 4,8 ms et de 2,4 ms pour la séquence en opposition de phase. Sur une unité de 1 Tesla, le TE correspondant à la séquence en phase est approximativement de 6,9 ms et de 3,5 ms pour la séquence en opposition de phase.
• Jusqu'à 30% des adénomes surrénaliens peuvent être pauvre en lipide et ne pas montrer de perte de signal.
• A l'inverse, de rares cas de perte de signal ont été observé lors de phéochromocytome, de carcinome surrénalien ou de métastase à cellules claires du rein.

Cas illustratif

Renseignements cliniques:
Découverte lors d'un uroscan d'une masse surrénalienne gauche de densité 12UH. Patiente en bonne santé habituelle. Laboratoire sans particularité.

Examen radiologique:
IRM opposition de phase. L'examen est réalisé sur une unité 1 Tesla. Un TR de 25.0 msec et un TE de 6.9 msec est utilisé pour l'imagerie «in-phase» ; un TE de 3.5 msec pour l'imagerie opposition de phase.

Pour visualiser les images de grandes tailles, cliquer sur la vignette ci-dessous.

  • adenome-surrenale-2_fs_fs
    IRM de l'abdomen supérieur, coupe axiale, TE 6.9 TR 160.4 (in-phase). 1, Foie. 2, Rein gauche. 3, Rate. Flèche, Masse surrénalienne gauche.
  • adenome-surrenale-1_fs_fs
    IRM de l'abdomen supérieur, coupe axiale, TE 3.5 TR 160.4 (out-of-phase). 1, Foie. 2, Rein gauche. 3, Rate. Flèche, Masse surrénalienne gauche. Note: Cette lésion montre une chute de signal par comparaison avec le foie et la rate.

Diagnostic radiologique
La masse surrénalienne découverte fortuitement («incidentalome») correspond le plus vraisemblablement à un adénome.

Bibliographie:

• Boland GW. Adrenal imaging: why, when, what, and how? Part 2. What technique? AJR Am J Roentgenol. 2011 Jan;196(1):W1-5.
• Blake MA, Cronin CG, Boland GW. Adrenal imaging. AJR Am J Roentgenol. 2010 Jun;194(6):1450-60.
• Marin D, Soher BJ, Dale BM, Boll DT, Youngblood RS, Merkle EM. Characterization of adrenal lesions: comparison of 2D and 3D dual gradient-echo MR imaging at 3 T--preliminary results. Radiology. 2010 Jan;254(1):179-87.
• Boland GW, Blake MA, Hahn PF, Mayo-Smith WW. Incidental adrenal lesions: principles, techniques, and algorithms for imaging characterization. Radiology. 2008 Dec;249(3):756-75. Review.
• Israel GM, Korobkin M, Wang C, Hecht EN, Krinsky GA. Comparison of unenhanced CT and chemical shift MRI in evaluating lipid-rich adrenal adenomas. AJR Am J Roentgenol. 2004 Jul;183(1):215-9.
• Fujiyoshi F, Nakajo M, Fukukura Y, Tsuchimochi S. Characterization of adrenal tumors by chemical shift fast low-angle shot MR imaging: comparison of four methods of quantitative evaluation. AJR Am J Roentgenol. 2003 Jun;180(6):1649-57.
• Motta-Ramirez GA, Remer EM, Herts BR, Gill IS, Hamrahian AH. Comparison of CT findings in symptomatic and incidentally discovered pheochromocytomas. AJR Am J Roentgenol. 2005 Sep;185(3):684-8.
• Mayo-Smith WW, Boland GW, Noto RB, Lee MJ. State-of-the-art adrenal imaging. Radiographics. 2001 Jul-Aug;21(4):995-1012.
• Namimoto T, Yamashita Y, Mitsuzaki K, Nakayama Y, Makita O, Kadota M, Takahashi M. Adrenal masses: quantification of fat content with double-echo chemical shift in-phase and opposed-phase FLASH MR images for differentiation of adrenal adenomas. Radiology. 2001 Mar;218(3):642-6.
• Heinz-Peer G, Hönigschnabl S, Schneider B, Niederle B, Kaserer K, Lechner G. Characterization of adrenal masses using MR imaging with histopathologic correlation. AJR Am J Roentgenol. 1999 Jul;173(1):15-22.
• Khati NJ, Javitt MC, Schwartz AM. Adrenal adenoma and hematoma mimicking a collision tumor at MR imaging. Radiographics. 1999 Jan-Feb;19(1):235-9.