Arthrographie

Arthrographie (généralités)

Sur une radiographie standard, les muscles, les tendons, les ligaments, les ménisques ou les cartilages ne peuvent pas être analysés finement car toutes ces structures sont pratiquement totalement radiotransparentes.

L'arthrographie est un examen radiologique consistant à introduire un produit de contraste à l'intérieur de l'articulation afin de démontrer l'intégrité ou la présence de lésions de structures intra-articulaires comme les cartilages, les ligaments, etc.

L'arthrographie est donc une technique qui utilise les rayons X et des agents de contraste qui peuvent être à base d'iode, d'air, etc. Les articulations les plus fréquemment examinés sont l'épaule, le poignet et la cheville.

Illustrations

Pour visualiser la galerie d'images, cliquer sur la vignette ci-dessous.

arthrographie
  • Arthrographie du genou. Image 1.
    Arthrographie du genou. Image 1. 1, Fémur. 2, Tibia. 3, Fibula (Péroné). 4, Produit de contraste (couleur blanche) dans l'articulation .
  • Arthrographie du genou. Image 2.
    Arthrographie du genou. Image 2. 1, Fémur. 2, Tibia. 3, Fibula (Péroné). 4, Bourse sous-quadricipital.
  • Arthrographie du genou. Image 3.
    Arthrographie du poignet. Image 3. 1, Ulna (cubitus). 2, Radius. 3, Compartiment radio-carpien. 4, Os semi-lunaire. 5, Récessus préstyloïde. 6, Os semi-lunaire. 7, Crochet de l'os crochu. 8, Os capitatum.
  • Arthrographie du genou. Image 4.
    Arthrographie du poignet. Image 4. 1, Récessus préstyloïdien. 2, Trapeze. 3, Compartiment radiocarpien.
  • Arthrographie du genou. Image 5.
    Arthrographie de l'épaule. Image 5. 1, Clavicule. 2, Glène. 3, Diaphyse humérale. 4, Produit de contraste intra-articulaire.
  • Arthrographie du genou. Image 6.
    Arthrographie de l'épaule. Image 6. 1, Clavicule. 2, Côte. 3, Scapula (omoplate). 4, Tête humérale. 5, Acromion.
  • Arthrographie du genou. Image 7.
    Arthrographie de la hanche. Image 7. 1, Toit du cotyle. 2, Tête fémorale. 3, Produit de contraste intra-articulaire. 4, Grand trochanter. 5, Petit trochanter.
  • Arthrographie du genou. Image 8.
    Arthrographie de la hanche. Image 8 de 8. 1, Toit du cotyle. 2, Ischion. 3, Tête fémorale.4, Fémur. 5, Produit de contraste intra-articulaire.

Préparation

Il n'y a pas de préparation spéciale!

Déroulement d'une arthrographie

L'injection intra-articulaire de produit de contraste s'effectue à l'aide d'une aiguille fine et sous contrôle fluoroscopique. Dés lors, le positionnement de l'aiguille et les différents repères osseux sont bien visibles. Durant l'injection du produit de contraste, la fluoroscopie permet de s'assurer de l'absence de stagnation du contraste et donc de la réelle diffusion du produit de contraste dans l'articulation. Le volume injecté dépend de l'articulation examiné. Pour obtenir une distribution uniforme, le patient est prié de bouger délicatement son bras après l'arthrographie.

L'examen est effectué par le radiologue. Le patient est allongé sur la table de radiologie et la position exacte varie selon l'articulation à examiner. Une désinfection soigneuse de la peau est effectuée. Un champ percé stérile est mis en place sur l'articulation à examiner. Le médecin porte un masque et des gants stériles. La ponction et l'injection intra-articulaire est contrôlé par la fluoroscopie de sorte que la salle peut être momentanément sombre pour faciliter la lecture de l'écran vidéo. Dés qu'une quantité suffisante de contraste est injectée, l'aiguille est immédiatement retirée. L'articulation semble ankylosée mais il s'agit plutôt d'une gêne que d'une douleur. La coopération du patient est importante car la qualité de l'examen en dépend. Quelques images seront prises lors de cet examen et il est demandé au patient de bloquer sa respiration pendant la prise des clichés. Une photo prise chez quelqu'un qui bouge est floue! L'examen peut être suivi par un scanner(Tomodensitométrie) ou par une imagerie par résonance magnétique (IRM) de l'articulation concernée. Après l'examen, afin d'éviter la survenue de douleurs, une limitation des mouvements impliquant cette articulation est conseillée.

Indications et limitations

Les indications de l'arthrographie varie selon la présence et disponibilité des équipements suivants:
• la tomographie conventionnelle
Cet appareillage a disparu de la grande majorité des instituts de radiologie (en France et Suisse en tous cas) et on n'en dira pas un mot de plus;
• l'IRM
Cette technique permet de juger de la présence d'une déchirure des ligaments croisé antérieur ou des ménisques;
L'imagerie par résonance magnétique, combinée avec une arthrographie (cet examen est appelé arthro-IRM) peut apporter des informations plus spécifiques et détaillées sur les structures articulaires et sur les parties molles du voisinage; Cet examen est décrit plus en détails sous la rubrique IRM
• le scanner
Cette technique peut être couplée à l'arthrographie et l'examen porte le nom d'arthro-scanner. Cet examen peut apporter des informations plus spécifiques et détaillées sur les structures articulaires et est décrit plus en détails sous la rubrique scanner.

Le grand avantage de combiner une arthrographie avec une imagerie en coupe (scanner ou IRM) est de s'affranchir de la superposition des structures et de disposer d'une imagerie dans les trois plans de l'espace. Dans beaucoup de pays, c'est cette combinaison scanner ou IRM après arthrographie qui est employée pour le diagnostic des pathologies articulaires.

Lorsque l'on ne peut disposer de l'IRM ou du scanner, voici quelques exemples d'indications à l'arthrographie:
poignet (lésion du ligament triangulaire)
coude (présence de corps intra-articulaires, évaluation du cartilage)
épaule (rupture de la coiffe des rotateurs)
genou (déchirures méniscales, lésions ligamentaires, évaluation du cartilage)
• etc.

Une complication rare: l'arthrite infectieuse

Une infection de l'articulation (arthrite) après une arthrographie est une complication très exceptionnelle. La peau est désinfectée. Le médecin porte un masque et des gants stériles. Un champ percé stérile est mis en place sur l'articulation examinée. Donc tout est entrepris pour rendre impossible l'introduction d'un germe lors de la ponction intra-articulaire. Si par la suite un état fébrile et des douleurs locales apparaissent, il ne faut pas hésiter à consulter son médecin traitant.

Bibliographie:

• Resnick D. Arthrography:. In: Bone and Joint Imaging. 1st ed. Philadelphia, Pa. W.B Saunders. 1989:154-179.