Les différents types de tumeurs de l'estomac

La paroi de l'estomac

La paroi de l'estomac est composée de plusieurs couches:
(l'énumération commence par la lumière du tube digestif)
• la muqueuse.
Cette muqueuse contient des glandes productrices d'enzymes, d'HCL et de mucus. Ces sécrétions sont nécessaires aux processus de digestion des aliments. C'est dans cette couche que naissent les cancers de l'estomac appelés adénocarcinomes (voir ci-dessous).
• la musculaire muqueuse
Cette couches contient des fibres musculaires lisses.
• la sous-muqueuse.
La sous-muqueuse contient des nerfs, des glandes et des vaisseaux sanguins.
• la musculeuse.
Cette couche contient trois «faisceaux» de fibres musculaires lisses d'orientations différentes: obliques, circulaires et longitudinales. Cette couche musculaire est destinée à la propulsion du bol alimentaire.
• une séreuse.

L'estomac possède un système nerveux autonome:
• le plexus sous-muqueux (plexus de Meissner) qui est impliqué dans la régulation des sécrétions gastriques.
• le plexus myentérique (plexus d'Auerbach) est situé entre les couches musculaires longitudinales et circulaires. Ce plexus est impliqué dans la régulation de la propulsion du bol alimentaire. C'est dans cette couche que l'on trouve les cellules interstitielles de Cajal. Une prolifération incontrôlée des cellules de Cajal est vraisemblablement à l'origine des tumeurs gastriques de type GIST (voir ci-dessous).

Les différentes couches de la paroi de l'estomac
Les différentes couches de la paroi de l'estomac

La diversité des cancers de l'estomac

La variété des cellules trouvées dans la paroi de l'estomac rend compte de la diversité des tumeurs observées dans l'estomac. La connaissance de ces différents types de tumeurs de l'estomac est primordiale puisque le traitement et le pronostic peuvent varier selon le type de tumeur trouvé!

L'adénocarcinome

L'adénocarcinome est le type de cancer le plus fréquemment rencontré dans l'estomac. Ce type de cancer gastrique naît dans les cellules superficielles des glandes de l'estomac. La lésion est tout d'abord confiné à l'épithélium de surface: c'est une lésion in situ (cf. schéma paroi estomac ci-dessus). Si la lésion s'étend à la muqueuse et sous-muqueuse (sans invasion de la musculaire propre): on parle de carcinome superficiel (cf. schéma paroi estomac ci-dessus). Si la lésion se développe dans ou au-delà de la musculaire propre: c'est le carcinome gastrique avancé (cf. schéma paroi estomac ci-dessus). Le pronostic dépend du stade de la maladie.

Le lymphome

Les lymphomes primaires de l'estomac sont le plus souvent de type B. Une maladie coeliaque, l'immunosuppression (HIV, transplantation) sont des facteurs prédisposant à ce type de tumeur. Certains lymphomes sont associés à une infection à H. pylori. Une infection chronique peut entraîne l'apparition de tissus lymphoïdes dans la lamina propria. Une lignée à développement incontrôlée donnera naissance à un lymphome. Les lymphomes se développant de cette manière sont de type MALT (mucosa-assiocated lymphoid tissue).

Les léiomyosarcomes

Les léiomyosarcomes se développent à partir des cellules musculaires lisses de la paroi de l'estomac. Il n'y a pas de médicament spécifique contre ce type de tumeur. En particulier, les léiomyosarcomes ne répondent pas à un traitement d'imatinib (Glivec © Novartis). La distinction entre les léiomyosarcomes et les GIST (type de tumeur décrit ci-dessous) peut nécessiter des examens pathologiques très spécialisées.

Les GIST (Gastrointestinal stromal tumor)

Les GIST se forment dans la paroi de l'estomac. Les cellules de Cajal sont vraisemblablement à l'origine de ces tumeurs. Les GIST résultent de la mutation d'un gène appelé c-kit. Les GIST peuvent être détectés par une coloration immunohistochimique particulière: le CD117 qui met en évidence spécifiquement les récepteur tyrosine kinase. Cette particularité est importante puisque des médicaments spécifiques, comme l'imatinib (Glivec © Novartis), sont disponibles contre ce type de tumeur.

Les carcinoïdes

Les carcinoïdes sont dérivés des cellules entérochromaffines des glandes de la muqueuse gastrique. La classification des carcinoïdes de l'estomac s'effectue selon des critères cliniques et pathologiques. Cette classification nécessite d'effectuer des biopsies aux niveaux des lésions et en dehors de celles-ci. On distingue trois types de carcinoïdes:
Type 1: C'est le type de carcinoïde le plus fréquent; à l'endoscopie, de multiples petites tumeurs bénignes sont visibles; sur la biopsie, outre les foyers de cellules entérochromaffines, on trouve des évidences d'atrophie gastrique; Dans le sang, le taux de gastrine est élevé (hypergastrinémie).
Note: La gastrine est une hormone sécrétée par l'estomac. Celle-ci stimule la sécrétion d'acide gastrique. Dans une atrophie gastrique, il existe une diminution des glandes gastriques, et, par conséquent, la sécrétion acide de l'estomac est fortement diminuée.
Type 2 : C'est le type de carcinoïde le plus rare; à l'endoscopie, de multiples tumeurs sont visibles; il existe une notion de MEAN-1 et un syndrome de Zollinger-Ellison.
Note: Le MEN-1 (Multiple Endocrine Neoplasia) est une maladie héréditaire caractérisée par l'apparition de tumeurs/d'adénomes dans différentes glandes endocrines (parathyroïdes, pancréas, hypophyse). Le syndrome de Zollinger-Ellison est une hypersécrétion d'acide par l'estomac accompagnée d'une hypergastrinémie. Un gastrinome (tumeur produisant de la gastrine) en est généralement la cause.
Type 3 : ces tumeurs, plutôt solitaires et de grandes tailles, ne sont pas associées à une hypergastrinémie ou à des conditions prédisposantes. Ce type de tumeur est assez agressif.

Note:
• Généralement, les différents types de tumeurs de l'estomac n'ont pas un aspect radiologique spécifique et le diagnostic final est posé par l'examen microscopique des cellules de la lésion, des colorations spéciales et autre méthodes immunohistochimiques, etc.
• La mise en évidence de tumeurs gastriques lors d'un scanner nécessite une distension de l'estomac par un agent de contraste et l'observation d'un jeûne stricte. Toutefois, même avec cette préparation, une tumeur de l'estomac n'est visible que si elle atteint une certaine taille.

Les métastases

Des localisations secondaires d'un cancer situé dans un autre organe se développent rarement dans l'estomac. Le plus souvent, les métastases proviennent de mélanomes, d'un cancer du poumon ou du sein

Remarque

Dans l'estomac, il existe aussi des tumeurs bénignes. Le léiomyome en est un exemple.

Bibliographie

• Tan CH, Peungjesada S, Charnsangavej C, Bhosale P. Gastric cancer: Patterns of disease spread via the perigastric ligaments shown by CT. AJR Am J Roentgenol. 2010 Aug;195(2):398-404.
• Hwang EC, Sagel SS, Brunt EM. Best cases from the AFIP: multiple gastric carcinoids. Radiographics. 2009 Jul-Aug;29(4):1206-9.
• Lee WK, Lau EW, Duddalwar VA, Stanley AJ, Ho YY. bdominal manifestations of extranodal lymphoma: spectrum of imaging findings. AJR Am J Roentgenol. 2008 Jul;191(1):198-206.
• Ghai S, Pattison J, Ghai S, O'Malley ME, Khalili K, Stephens M. Primary gastrointestinal lymphoma: spectrum of imaging findings with pathologic correlation. Radiographics. 2007 Sep-Oct;27(5):1371-88.
• Levy AD, Sobin LH. From the archives of the AFIP: Gastrointestinal carcinoids: imaging features with clinicopathologic comparison. Radiographics. 2007 Jan-Feb;27(1):237-57.
• Kim JH, Eun HW, Goo DE, Shim CS, Auh YH. Imaging of various gastric lesions with 2D MPR and CT gastrography performed with multidetector CT. Radiographics. 2006 Jul-Aug;26(4):1101-16; discussion 1117-8.
• Shimizu K, Ito K, Matsunaga N, Shimizu A, Kawakami Y. Diagnosis of gastric cancer with MDCT using the water-filling method and multiplanar reconstruction: CT-histologic correlation. AJR Am J Roentgenol. 2005 Nov;185(5):1152-8.
• Ba-Ssalamah A, Prokop M, Uffmann M, Pokieser P, Teleky B, Lechner G. Dedicated multidetector CT of the stomach: spectrum of diseases. Radiographics. 2003 May-Jun;23(3):625-44.
• Lee SS, Ha HK, Kim AY, Kim TK, Kim PN, Yu E, Lee MG, Myung SJ, Jung HY, Kim JH, Min YI. Primary extrapulmonary small cell carcinoma involving the stomach or duodenum or both: findings on CT and barium studies. AJR Am J Roentgenol. 2003 May;180(5):1325-9.
• Horton KM, Fishman EK. Current role of CT in imaging of the stomach. Radiographics. 2003 Jan-Feb;23(1):75-87.
• Park MS, Kim KW, Yu JS, Park C, Kim JK, Yoon SW, Lee KH, Ryu YH, Kim H, Kim MJ, Lee JT, Yoo HS. Radiographic findings of primary B-cell lymphoma of the stomach: low-grade versus high-grade malignancy in relation to the mucosa-associated lymphoid tissue concept. AJR Am J Roentgenol. 2002 Nov;179(5):1297-304.
• Choi D, Lim HK, Lee SJ, Lim JH, Kim SH, Lee WJ, Lee JH, Kim YH, Rhee PL, Kim JJ, Ko YH. Gastric mucosa-associated lymphoid tissue lymphoma: helical CT findings and pathologic correlation. AJR Am J Roentgenol. 2002 May;178(5):1117-22.
• An SK, Han JK, Kim YH, Kim AY, Choi BI, Kim YA, Kim CW. Gastric mucosa-associated lymphoid tissue lymphoma: spectrum of findings at double-contrast gastrointestinal examination with pathologic correlation. Radiographics. 2001 Nov-Dec;21(6):1491-502, discussion 1502-4.
• Binstock AJ, Johnson CD, Stephens DH, Lloyd RV, Fletcher JG. Carcinoid tumors of the stomach: a clinical and radiographic study. AJR Am J Roentgenol. 2001 Apr;176(4):947-51.
• Winston CB, Hadar O, Teitcher JB, Caravelli JF, Sklarin NT, Panicek DM, Liberman L. Metastatic lobular carcinoma of the breast: patterns of spread in the chest, abdomen, and pelvis on CT. AJR Am J Roentgenol. 2000 Sep;175(3):795-800.
• Desai RK, Tagliabue JR, Wegryn SA, Einstein DM. CT evaluation of wall thickening in the alimentary tract. Radiographics. 1991 Sep;11(5):771-83; discussion 784.