Fractures du scaphoïde

Le scaphoïde est un os du poignet qui recèle quelques caractéristiques particulières :
• 80% de sa surface est articulaire et recouverte de cartilage. De ce fait, en cas de fracture, la consolidation peut être difficile et des complications comme une pseudarthrose ou un cal vicieux peuvent survenir.
• La vascularisation du scaphoïde est assurée par une unique branche de l’artère radiale qui s’insère dorsalement et la vascularisation du pôle proximal de l’os s’effectue de manière rétrograde. Cette configuration de la vascularisation expose le scaphoïde au risque de nécrose avasculaire en cas de fracture proximale.

Les fractures du scaphoïde sont classées selon leurs localisations anatomiques. Parfois, on divise tout simplement le scaphoïde en trois parties et l’on parle de fracture proximale, distale ou du 1/3 moyen. Le nombre de fragments ou le déplacement plus ou moins important de ces fragments font partie des éléments pronostiques.

Le scaphoïde est l’os le plus fréquemment fracturé lors d’un traumatisme du poignet (80% des cas). Malheureusement, de nombreuses études ont montrés que jusqu’à 30% des fractures du scaphoïde ne sont pas visibles sur les radiographies standard initiales. Ces faits s’expliquent par la structure tridimensionnelle des os du carpe et par leurs relations entre eux (chevauchement). Un retard dans le diagnostic d'une fracture du scaphoïde peut conduire à des complications redoutables comme la nécrose, la pseudarthrose (consolidation défectueuse après 6 mois) ou à une arthrose post-traumatique.

Aujourd’hui, lorsqu’il existe une discordance entre la symptomatologie et la radiographie, on procède à des investigations supplémentaires : scanner ou IRM.
Le scanner démontre superbement l’effraction corticale.
L’IRM, par contre, affirme toujours la présence de fractures trabéculaires. Pour cette raison, peut-être existe-il une supériorité de l'IRM sur le scanner? Il n'y a toutefois pas d'étude scientifique ayant répondu définitivement à cette question.
Dans la pratique, le choix de la technique dépend de la disponibilité des machines et c'est si simple de faire un scanner du poignet...

Cas illustratifs

Fracture du scaphoïde: radiographies standards et IRM (cas 1)

Radiographies standards: doute sur une fracture du scaphoïde. ad IRM

Pour visualiser les images de plus grandes tailles, cliquer sur la vignette ci-dessous.

  • Fracture occulte du scaphoïde. Image 0

Fracture du scaphoïde: aspect au scanner (cas 2)

Bilan par scanner avant choix thérapeutique.

Pour visualiser les images de plus grandes tailles, cliquer sur la vignette ci-dessous.

  • Fracture du scaphoïde (scanner). Image 0

Bibliographie

• Kaewlai R, Avery LL, Asrani AV, Abujudeh HH, Sacknoff R, Novelline RA. Multidetector CT of carpal injuries: anatomy, fractures, and fracture-dislocations. Radiographics. 2008 Oct;28(6):1771-84. .
• Welling RD, Jacobson JA, Jamadar DA, Chong S, Caoili EM, Jebson PJ. MDCT and radiography of wrist fractures: radiographic sensitivity and fracture patterns. AJR Am J Roentgenol. 2008 Jan;190(1):10-6.
• Memarsadeghi M, Breitenseher MJ, Schaefer-Prokop C, Weber M, Aldrian S, Gäbler C, Prokop M. Occult scaphoid fractures: comparison of multidetector CT and MR imaging--initial experience. Radiology. 2006 Jul;240(1):169-76. Erratum in: Radiology. 2007 Mar;242(3):950.
• Groves AM, Cheow H, Balan K, Courtney H, Bearcroft P, Dixon A. 16-MDCT in the detection of occult wrist fractures: a comparison with skeletal scintigraphy. AJR Am J Roentgenol. 2005 May;184(5):1470-4.
• Dorsay TA, Major NM, Helms CA. Cost-effectiveness of immediate MR imaging versus traditional follow-up for revealing radiographically occult scaphoid fractures. AJR Am J Roentgenol. 2001 Dec;177(6):1257-63. Comment in: AJR Am J Roentgenol. 2001 Dec;177(6):1245.