Suppression du signal de la graisse en IRM

La graisse a un hypersignal sur les séquences pondérées en T1 ou en T2.

Sur des séquences pondérées en T1, une hémorragie subaiguë peut avoir un signal hyperintense et, dans cette situation, celle-ci peut n'être que difficilement différenciable de l'hypersignal de la graisse.

Une lésion, qui se rehausse après injection intraveineuse de gadolinium, aura également un signal hyperintense en T1. Dans un organe comme le sein, le signal de la graisse peut rendre difficile la détection d'une prise de contraste par une tumeur. On trouve une problématique identique dans l'étude des prises de contraste des lésions des parties molles ou du système musculo-squelettique.

Sur des séquences pondérées en T2, un œdème a un signal hyperintense. Son signal peut être occulté par celui de la graisse. En pondération T2, le signal de la graisse peut masquer la présence d'anomalies dans les structures osseuses.

Conséquence : la suppression du signal de la graisse peut être utile pour démontrer la présence de lésions ou d'un rehaussement après injection de contraste.

Les séquences T2 avec suppression de graisse sont particulièrement utilisées dans le système musculo-squelettique pour démontrer la présence d'un œdème (reflétant l'existence d'une lésion).

Les séquences T1 avec suppression de graisse sont particulièrement utilisées dans l'étude de la prise de contraste des lésions. Les séquences T1 avec suppression de graisse sont également utilisées en MR-arthrographie car elles permettent d'étudier l'épaisseur du cartilage articulaire.

Certains types de séquences supprimant le signal de la graisse sont utiles pour caractériser des lésions: foie normal versus stéatose hépatique; adénome surrénalien versus lésion maligne; présence de graisse dans une lésion.

Trois techniques de suppression de signal de la graisse sont à disposition:
• la suppression sélective de la graisse (spectrale).
• la séquence d'inversion récupération (STIR)
• la séquence in-phase/out-of-phase (phase-opposition de phase)

Les points forts, les points faibles, et l'utilisation de ces séquences seront détaillées dans les pages qui sont consacrées à ces techniques. Voir menu colonne de droite: IRM (technique).