Spondylodiscite

La spondylodiscite désigne l'infection d'un disque intervertébral et des corps vertébraux adjacents.

Ce type d'infection peut résulter d'une contamination:
• par voie hématogène (bactériémie)
• d’un foyer infectieux adjacent
• par inoculation lors d'une intervention chirurgicale sur le rachis même.

Les segments rachidiens le plus souvent atteints sont: Lombaire (48%)>Thoracique (35%)>Cervical (6,5%).

Les germes infectieux sont diverses: staphylocoque, gram négatif et anaréobes. Une atteinte fongique ou mycobactérienne peut poser des problèmes diagnostiques.

Traitement : antibiothérapie adaptée; chirurgie si complications.

Les radiographies standards ne montrent que tardivement l'atteinte infectieuse. Elles peuvent être négatives durant plusieurs semaines (2 à 8 semaines) après le début de la symptomatologie.

Le scanner détecte l'infection discale et osseuse beaucoup plus précocément que les radiographies standards. Cette modalité ne démontre toutefois pas le contenu du canal rachidien. Les signes tomodensitométriques d'une atteinte infectieuse sont:
• une perte de hauteur de l'espace discal;
• une destruction des plateaux vertébraux adjacents au disque atteint;
• la présence d'un effet de masse dans les parties molles adjacentes au segment disco-vertébral atteint (masse para-rachidienne);
• la présence d'une déformation rachidienne (reconstruction sagittale et coronale);

L’IRM permet une bonne appréciation du contenu du canal rachidien. En particulier, cette modalité permet de détecter la présence d'une compression médullaire. C'est donc l'examen de choix dans la détection et le bilan des atteintes infectieuses du rachis.
Les signes IRM d'une atteinte infectieuse du rachis sont:
• des altérations de la morphologie de l'espace discal avec une hyperintensité de cet espace discal en pondération T2.
• des signes de destruction des plateaux vertébraux sus- et sous-jacent avec des corps vertébraux adjacents ayant un signal hyperintense en T2, hypointense en T1 et avec un rehaussement après contraste.
• la présence d'une atteinte épidurale ou des parties molles paravertébrales de voisinage.
Le protocole de l'examen IRM comprend généralement des coupes sagittales en pondération T1 et T2, ainsi que des coupes axiales et sagittales T1Fatsat après injection intra veineuse de gadolinium.

Cas illustratif : Infection post-opératoire du rachis:

Anamnèse actuelle: Patiente de 40 ans. Status après cure de hernie discale L4-L5 il y a quelques mois. Si les suites opératoires ont été simples, la patiente insiste avec force pour dire que la symptomatologie n'a pas été améliorée par l'intervention chirurgicale. Au contraire, quelques semaines après l'intervention, une recrudescence des lombalgies apparaît et la patiente ne peut plus marcher qu'avec des cannes. Il n'y a pas d'état fébrile. Les analyses sanguines sont quasi-normales. En particulier les globules blancs et la CRP (marqueur d'inflammation) sont dans les limites de la norme. La patiente est adressée en radiologie, par son médecin traitant, pour exclure une récidive de hernie discale L4-L5.

Spondylodiscite L4-L5: aspect au scanner multibarrettes.

Pour des raisons de disponibilité , les investigations ont débuté par un scanner. Celui-ci révèle une importante destruction des plateaux vertébraux adjacents à l'espace discal L4-L5. Cet aspect témoigne clairement d'une infection post-opératoire (spondylodiscite). Vu la clinique, une IRM est réalisée en urgence.

Pour visualiser les images TDM de grandes tailles avec leurs légendes, cliquer sur la vignette ci-dessous.

  • reconstruction-coronale-1_fs

    Scanner du rachis lombaire. Reconstruction coronale. Image 1 de 7. 1, Rein droit. 2, Corps vertébral L4. 3, Corps vertébral L5. 4, Muscle psoas (gauche). 5, Articulation sacro-iliaque (gauche). Il existe clairement des troubles dégénératifs du rachis lombaire. Mais remarquez les contours mal définis et grignotés du plateau vertébral inférieur de L4 et du plateau vertébral supérieur de L5.

  • reconstruction-coronale-2_fs

    Scanner du rachis lombaire. Reconstruction coronale. Image 2 de 7. 1, Rein gauche. 2, Corps vertébral L4. 3, Corps vertébral L5.4, Muscle psoas (droit). 5, Articulation sacro-iliaque (droit). Mais remarquez les contours mal définis et grignotés du plateau vertébral inférieur de L4 et du plateau vertébral supérieur de L5.

  • reconstruction-sagittale-1_fs

    Scanner du rachis lombaire. Reconstruction sagittale. Image 3 de 7. 1, Vertèbre L4. 2, Vertèbre L5. Il existe clairement des troubles dégénératifs du rachis lombaire. Mais remarquez les contours mal définis et grignotés du plateau vertébral inférieur de L4 et du plateau vertébral supérieur de L5.

  • reconstruction-sagittale-2_fs

    Scanner du rachis lombaire. Reconstruction sagittale. Image 4 de 7. 1, Vertèbre L1. 2, Vertèbre L4. 3, Vertèbre L5. Il existe clairement des troubles dégénératifs du rachis lombaire. Mais remarquez les contours mal définis et grignotés du plateau vertébral inférieur de L4 et du plateau vertébral supérieur de L5.

  • L4-L5-1_fs

    Scanner du rachis lombaire. Coupe axiale. Fenètre osseuse. Image 5 de 7. 1, Corps vertébral. 2, Psoas droit. 3, Canal rachidien.

  • L4-L5_2_fs

    Scanner du rachis lombaire. Coupe axiale après injection de contraste. Fenètre tissus mous. Image 6 de 7. 1, Corps vertébral. 3, Crête iliaque. 2, Muscle psoas gauche. Une infiltration des tissus mous périvertébraux est visible, mais aucun abcès n'est visualisé.

  • L4-L5-3_fs

    Scanner du rachis lombaire. Coupe axiale après injection de contraste. Fenètre tissus mous. Image 7 de 7. 1, Corps vertébral. 2, Crête iliaque. Flèche, Canal rachidien. Il existe une infiltration tissulaire du canal rachidien et on a l'impression de rehaussement après contraste. Une IRM est réalisée en urgence.

Spondylodiscite L4-L5: aspect en IRM

État après cure de hernie discale L4-L5. Même cas qu'au paragraphe précédent : «Spondylodiscite L4-L5 au scanner multibarrettes»

L'IRM montre une destruction des plateaux vertébraux adjacent à L4-L5, une hyperintensité de l'espace discal L4-L5 en pondération T2 et STIR, une hypointensité des corps vertébraux L4 et L5 en pondération T1, une hyperintensité des corps vertébraux L4 et L5 en pondération T2 et STIR, une prise de contraste de L4, L5 et des tissus mous de voisinage. L'IRM révèlera surtout la précence d'un abcès épidural.

Une biopsie sous scanner sera effectuée afin d'indentifier l'agent infectieux et d'administer l'antibiothérapie la plus effective. Les prélèvements montreront qu'un staphylocoque est à l'origine de la pathologie infectieuse.

Pour visualiser les images IRM de grandes tailles avec leurs légendes, cliquer sur la vignette ci-dessous.

  • absence-arc-posterieur-c1-1
  • osteomyelite_vertebrale-2.0001_fs

    IRM de la colonne lombaire, coupe sagittale, STIR. Image 1 de 7. Le «matériel discal» L4-L5 est hyperintense. Les corps vertébraux L4 et L5 sont hyperintenses, tout comme le sont les tissus mous de voisinage. 1, Corps vertébral L4. 2, , Corps vertébral L5. 3, Vessie.

  • osteomyelite_vertebrale-3.0001_fs

    IRM de la colonne lombaire, coupe sagittale, pondération T1. Image 2 de 7. Cette image confirme la destruction du disque L4-L5 et des plateaux vertébraux adjacents. 1, Corps vertébral L4. 2, , Corps vertébral L5. 3, Vessie.

  • osteomyelite_vertebrale-4.0001_fs

    IRM de la colonne lombaire, coupe sagittale, pondération T2. Image 3 de 7. Le «matériel discal» L4-L5 est hyperintense. La ligne serpigineuse en hypersignal liquidien s'étend dans le canal rachidien. 1, Corps vertébral L4. 2, , Corps vertébral L5. 3, Vessie.

  • osteomyelite_vertebrale-5.0001_fs

    IRM de la colonne lombaire, coupe sagittale, pondération T1 après injection intra-veineuse de gadolinium. Image 4 de 7. Prise de contraste en périphérie du matériel discal L4-L5 1, Corps vertébral L4. 2, , Corps vertébral L5. 3, Vessie.

  • osteomyelite_vertebrale-6.0001_fs

    IRM de la colonne lombaire, coupe sagittale, image de soustraction (après injection intra-veineuse de gadolinium). Image 5 de 7. 1, Corps vertébral L4. 2, , Corps vertébral L5. 3, Vessie.

  • osteomyelite_vertebrale-7.0001_fs

    IRM de la colonne lombaire, coupe axiale, pondération T1, FATSAT, après gadolinium. Image 6 de 7. 1, Corps vertébral L4. 2, , Corps vertébral L5. 3, Vessie. Flèche, Abcès épidural.

  • biopsie_fs

    Biopsie sous scanner. Image 7 de 7. La patiente est en décubitus ventral. Le signe * indique la présence de l'aiguille de biopsie. Les spécimens recueillis sont envoyés à la fois en anatomie-pathologie et en microbiologie. Réponse de la culture: infection à staphylocoques!.

Bibliographie:

• Ledermann HP, Schweitzer ME, Morrison WB, Carrino JA. MR imaging findings in spinal infections: rules or myths? Radiology. 2003 Aug;228(2):506-14. Epub 2003 Jun 11.
• Michel SC, Pfirrmann CW, Boos N, Hodler J. CT-guided core biopsy of subchondral bone and intervertebral space in suspected spondylodiskitis. AJR Am J Roentgenol. 2006 Apr;186(4):977-80.
• Chew FS, Kline MJ. Diagnostic yield of CT-guided percutaneous aspiration procedures in suspected spontaneous infectious diskitis. Radiology. 2001 Jan;218(1):211-4.