Disque intervertébral (aspect normal et dégénérescence)

Disque intervertébral normal

Le disque intervertebral est composé:
• du nucleus pulposus (noyau pulpeux) localisé centralement
• d’un anneau fibreux.
Dans sa partie interne, celui-ci est constitué d'une quinzaine de couches fibrocartilagineuses parallèles, concentriques, entourant le noyau pulpeux.
Dans sa partie externe, Il existe des lamelles fibreuses qui s'insèrent dans les plateaux vertébraux adjacents.

Dégénérescence du disque

La dégénérescence du disque intervertébral se manifeste par des altérations de sa composition chimique (dessication) entraînant une perte de ses propriétés élastiques. Cette dégérescence s'accompagne d'une diminution de la hauteur du disque intervertébral et par la présence de gaz à l'intérieur du disque lui-même («phénomène du vide»).

Avec le temps, la dégénérescence du disque entraîne directement des altérations des plateaux vertébraux adjacents et, indirectement, des articulations reliant les arcs osseux postérieurs des corps vertébraux sus- et/ou sous-jacents.

Aspect radiologique du disque normal et en voie de dégénérescence

Radiographie

Le disque intervertébral (normal ou en voie de dégénérescence) est une structure radiotransparente. Il n'est donc pas visible sur les radiographies standards. L'espace entre deux corps vertébraux correspond à celui occupé par le disque. La dégénérescence d'un disque vertébral est donc jugée sur l'existence de signes indirects comme la diminution de la hauteur de l'espace intervertébral ou la présence d'un pincement postérieur. Le phénomène du vide discal est bien perceptible sur les radiographies standards comme une zone de couleur sombre et son identification signe la dégénérescence du disque.

Tomodensitométrie

Le disque est visible comme une structure de densité tissulaire, mais il n’est pas possible de juger de la variation de la composition chimique provoquée par la dégénérescence. Au scanner, pour évaluer l'état dégénératif d'un disque, il faut utiliser les reconstructions sagittales et s'aider des critères employés pour les radiographies standards: hauteur du disque, sclérose des plateaux vertébraux adjacents et présence d'ostéophytes.

IRM

L'imagerie par résonance magnétique permet d'évaluer directement la dégénérescence du disque intervertébral. La dessiccation du disque se manifeste par une hypointensité en pondération T2. La perte de hauteur du disque et le pincement postérieur sont bien appréciés sur les coupes sagittales. Le phénomène du vide discal correspond à des zones fortement hypointenses (sombres) et sa présence sur des disques dégénératifs (donc hypointenses) peut être malaisé.

Illustrations

Image 1. Radiographie de la colonne lombaire, cliché de profil.
Un pincement postérieur de l'espace intervertébral L4-L5 (1) est visible. On peut aussi remarquer un affaissement discal en L5-S1 (2), accompagné d'un phénomène du vide. S, Sacrum.

Disque intervertebral. Image 1
  • Image 1. Radiographie de la colonne lombaire, cliché de profil.
    Un pincement postérieur de l'espace intervertébral L4-L5 (1) est visible. On peut aussi remarquer un affaissement discal en L5-S1 (2), accompagné d'un phénomène du vide. S, Sacrum.

  • Image 2. Scanner du rachis lombaire, reconstruction sagittale, fenètre osseuse.
    Il existe un affaissement discal en L4-L5, (1) et L5-S1, (2). A ces niveaux, on trouve également un phénomène du vide discal. Par ailleurs, il existe de nombreuses et importantes altérations des structures osseuses.

  • Image 3. IRM du rachis lombaire, coupe sagittale, pondération T2. Le disque L4-L5 (Flèche) est hypointense. Il existe une perte de hauteur du disque L4-L5. Cet espace intervertébral est normalement le plus grand de tout le rachis lombaire. Le disque L4-L5 déborde dans le canal rachidien. Manifestement, il est pathologique.

Bibliographie:

• Resnick D. Bone and Joint Imaging. 2nd ed. W.B. Saunders Company; 1996.