Endométriose urétérale

L’endométriose se définit par la présence de tissu endométrial hors de l’utérus. Ce tissu endométrial ectopique est sensible aux hormones ovariennes et est donc sujet à des saignements cycliques. Les symptômes de l'endométriose et les caractérisques IRM de ces implants endométriaux découlent le plus souvent de cette propriété. Par ailleurs, ces épisodes de saignements dans les nodules d'endométriose sont à l'origine d'une réponse inflammatoire et d'une réaction fibrotique d'ampleur variable.

L'atteinte de l'appareil urinaire par l'endométriose est plutôt rare: moins de 5% de l'ensemble de tous les cas d'endométriose.

La vessie est touchée le plus souvent, suivi par les uretères distaux et exceptionnellement les reins.

Les signes et les symptômes de l'atteinte urinaire peuvent être reliés à l'endométriose pelvienne elle-même (symptomatologie menstruelle, dysménohrrée, dyspareunie, hématurie, et sensation de masse ) ou secondaire à l'atteinte des voies urinaires (douleurs du flanc). Toutefois, un tableau spécifique de l'atteinte urinaire n'est pas toujours présent.

Vessie
Les nodules d'endométriose sont le plus souvent situés au niveau du dôme vésical. Ces nodules peuvent provoquer des mictions impérieuses, une dysurie ou une hématurie.

Uretère
Les nodules endométriosiques touchent presque toujours les uretères distaux. Ceux-ci peuvent être à l'origine d'une hématurie, d'une obstruction des voies urinaires et d'un déclin de la fonction rénale.

Cas illustratif

Il s'agit d'une jeune femme connu du service depuis quelques mois en raison de plusieurs épisodes de colique néphrétique gauche. Les échographies effectuées en ces occasions se sont révèlés normales. Cette fois-ci, la patiente est hospitalisée et un scanner est demandé.

Scanner abdominal
Cet examen montre la présence :
• d'un uretère gauche modérément dilaté avec asymétrie de sécrétion des deux reins
• d'une masse pelvienne discrètement hyperdense qui est à l'origine de la dilatation urétérale gauche.
Le contexte d'infertilité mentionné et une possible symptomatologie cataméniale orientent le diagnostic vers un nodule d'endométriose et une IRM est programmée pour le lendemain.

IRM du pelvis
Cet examen confirme la présence d'un uretère dilaté sur un nodule dont les caractéristiques sont:
• une hyperintensité centrale en T1 et T1FATSAT
• une hyperintensité centrale en T2 avec shading
• une périphérie fortement hypointense en T2
• la présence d'une région hypointense en T2 et T1, mal délimité, et dont l'épicentre est le nodule. Cette hypointensité se prolonge jusqu'au sigmoïde
• une absence de prise de contaste de la zone ayant un signal hyperintense en T1, T2 et T1FATSAT.

Les lésions hyperintenses en T1 et T2 contiennent des produits de dégradation de l'hémoglobineont. Le shading correspond à un assombrissement de la lésion en T2 par rapport au T1 (la lésion kystique hyperintense en T1 et T1FATSAT devient plus hypointense en T2 -signal intermédiaire). Ce nodule a des caractéristiques IRM similaires à celle d'un endométriome. Il s'agit donc d'un implant hémorragique.

Pour visualiser les images de plus grandes tailles, cliquer sur la vignette ci-dessous.

  • DIU avec grossesse intrautérine. Image 0.
  • endometriose-1_fs
    Scanner abdominal, reconstruction coronale (phase portale). Image 1.
    1, Foie. 2, Rate. 3, Rein gauche. 4, Rein droit.
  • endometriose-2_fs
    Scanner abdominal, reconstruction axiale (phase portale). Image 2.
    1, Os iliaque (côté droit). 2, Sacrum. 3, Os iliaque (côté gauche). Flèche, Nodule d'endométriose.
  • endometriose-3_fs
    IRM abdominal, coupe sagittale, pondération T2. Image 3.
    1, Uretère. 2, Sacrum. 3, Nodule d'endométriose. 4, Vessie. 5, Côlon.
  • endometriose-4_fs
    IRM abdominal, coupe coronale, pondération T2. Image 4.
    1, Muscle psoas. 2, Uretère. 3, Nodule d'endométriose. 4, Muscle iliaque. 5, Os iliaque (côté gauche). 6, Tête fémorale (côté gauche). 7, Côlon. 8, Tête fémorale (côté droit). 9, Ovaire (côté droit).
  • endometriose-5_fs
    IRM abdominal, coupe axiale, pondération T2. Image 5.
    1, Vaisseaux iliaques (côté droit). 2, Muscle iliaque et psoas (côté droit). 3, Os iliaque (côté droit). 4, Os iliaque (côté gauche). Flèche, Nodule d'endométriose.
  • endometriose-8_fs
    IRM abdominal, coupe axiale, pondération T1. Image 6.
    1, Vaisseaux iliaques (côté droit). 2, Muscle iliaque et psoas (côté droit). 3, Os iliaque (côté droit). 4, Os iliaque (côté gauche). Flèche, Nodule d'endométriose.
  • endometriose-9_fs
    IRM abdominal, coupe axiale, T1 FATSAT. Image 7.
    1, Vaisseaux iliaques (côté droit). 2, Muscle iliaque et psoas (côté droit). 3, Os iliaque (côté droit). 4, Os iliaque (côté gauche). Flèche, Nodule d'endométriose.

Diagnostic : Nodule d'endométriose accolé au sigmoïde et rétrécissant l'uretère gauche (confirmation chirugicale et anatomopathologique).

Bibliographie

• Siegelman ES, Oliver ER. MR imaging of endometriosis: ten imaging pearls. Radiographics. 2012 Oct;32(6):1675-91. doi: 10.1148/rg.326125518.
• Chamié LP, Blasbalg R, Pereira RM, Warmbrand G, Serafini PC. Findings of pelvic endometriosis at transvaginal US, MR imaging, and laparoscopy. Radiographics. 2011 Jul-Aug;31(4):E77-100.
• Coutinho A Jr, Bittencourt LK, Pires CE, Junqueira F, Lima CM, Coutinho E, Domingues MA, Domingues RC, Marchiori E. MR imaging in deep pelvic endometriosis: a pictorial essay. Radiographics. 2011 Mar-Apr;31(2):549-67. doi: 10.1148/rg.312105144.
• Del Frate C, Girometti R, Pittino M, Del Frate G, Bazzocchi M, Zuiani C. Deep retroperitoneal pelvic endometriosis: MR imaging appearance with laparoscopic correlation. Radiographics. 2006 Nov-Dec;26(6):1705-18.
• Bazot M, Darai E, Hourani R, Thomassin I, Cortez A, Uzan S, Buy JN. Deep pelvic endometriosis: MR imaging for diagnosis and prediction of extension of disease. Radiology. 2004 Aug;232(2):379-89. Epub 2004 Jun 17.