Cancer épidermoïde du col de l'utérus

Aspect macroscopique

Pour les cancers débutant, l'aspect du col peut être normal.
A l'opposé, pour les cancers un peu plus avancés, le cancer du col de l'utérus peut se présenter sous forme de végétation bourgeonante ou d'une induration déformant le col.

Imagerie

IRM

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est la technique radiologique de choix dans le bilan local des cancers de du col de l'utérus. Cette technique permet de connaître avec une grande exactitude les dimensions de la tumeur. Elle permet aussi de juger de l'invasion des organes adjacents.

Par rapport au myomètre normal, la tumeur est:
• iso-intense par rapport au parenchyme du col, en pondération T1
• hyperintense par rapport au parenchyme du col, en pondération T2
• prise de contraste variable, mais, en général, le parenchyme normal se rehausse plus que la tumeur.

Tomodensitométrie

Le scanner permet de déceler la présence d'adénopathies rétropéritonéales, de métastases dans le foie ou les poumons.

La tumeur est isodense au parenchyme du col de l'utérus.

Protocole IRM

Le protocole comprend souvent:
• une séquence T2 dans les 3 plans de l'espace (les plans d'imagerie sont perpendiculaires à la cavité utérine)
• une séquence T2 «rapide» depuis les crêtes iliaque jusqu'au foie (recherche d'adénopathie)
• une séquence de diffusion
• une séquence dynamique après gadolinium

Cas illustratif

Renseignements donnés par le médecin référant : staging local avec mesure de la tumeur.

Résultat : L’IRM montre une masse d’aspect tumoral du col de l’utérus qui envahit la partie supérieure du vagin. Cette masse tumorale est en contact avec la vessie (perte de la ligne hypointense). Il n'y a pas d’argument pour une invasion de la paroi rectale.
La taille de la masse est d’un peu moins de 5cm.
Dés lors, un traitement radiothérapie/chimiothérapie est proposé.

Pour visualiser les images de plus grandes tailles, cliquer sur la vignette ci-dessous.

  • Carcinome épidermoïde du col de l'utérus. Image 0.

Bibliographie