Carcinome fibrolamellaire du foie

Généralités

Le carcinome hépatocellulaire fibrolamellaire du foie est une tumeur maligne rare qui apparaît chez les patients jeunes. La plupart des patients ont moins de 40 ans. Lors du diagnostic initial, l'âge moyen est de 25 ans.

Le carcinome hépatocellulaire fibrolamellaire n’affecte pas plus les hommes que les femmes.

A la présentation, la tumeur se présente le plus souvent comme une masse dans un foie sain, qui est solitaire et bien circonscrite. Ces masses sont de grandes tailles : de 7 à 20 cm (moyenne: 13 cm). Une cicatrice centrale peut se rencontrer jusqu'à 75% des cas.

Facteurs de risques

Cette tumeur survient généralement en foie. En outre, les maladies hépatiques chroniques comme l'hépatite virale et la cirrhose, ne sont pas considérés comme des facteurs de risque.

Symptomatologie / examen clinique

Les patients se présentent souvent avec des douleurs abdominales, une diminution de l’état général, et une perte de poids.

L’examen clinique peut retrouver une hépatomégalie ou une masse abdominale palpable. Des signes d’insuffisance hépatique, la jaunisse, ou une gynécomastie sont rencontrés beaucoup plus rarement.

Laboratoire

Les tests hépatiques peuvent être normaux ou légèrement élevés. Le niveau de l’ alpha-foetoprotéine est très rarement augmenté.

Traitement

Le pronostic est meilleu pour la variante fibrolamellaire que pour les aux autres types de carcinome hépato-cellulaire (CHC). Le carcinome fibrolamellaire évolue lentement et on peut souvent l’enlever complètement par chirurgie (résection tumorale).

Imagerie

• échographie

L'apparence est non spécifique et la tumeur a une échogénicité variable. Parfois des calcifications sont détectées. La cicatrice centrale est rarement visible et, lorsqu'elle l'est, elle se présente plutôt comme une zone hyperéchogène.

• Tomodensitométrie

Le plus souvent, les carcinomes hépatocellulaires fibrolamellaire ont des contours bien définis, voire lobulées. Cependant, certaines tumeurs peuvent avoir des limites mal définies. Les tumeurs fibrolamellaires sont généralement hypodenses sur les images sans contraste. La présence de calcification et d’une cicatrice centrale sont souvent observées. La présence d'une cicatrice centrale n’est pas pathognomonique des carcinomes fibrolamellaires (Diagnostic différentiel : hyperplasie nodulaire focal, etc.). Cependant, une cicatrice dont la largeur est supérieure à 2cm, la présence de calcifications au sein de la cicatrice centrale ainsi que la présence de bandes fibreuses ou de septas étendues naissant de la cicatrice peuvent être des arguments en faveur d’un fibrolamellaire. Des zones de nécrose tumorale peuvent être observées. Une hémorragie intra tumorale est rarement rencontrée.

En phase artérielle, les carcinomes hépatocellulaires fibrolamellaires se rehaussent fortement, mais d’une manière hétérogène en raison de la présence de bandes fibreuses, de zones de nécrose ou de dégénérescence kystique. En phase portale, l’apparence est variable. La masse tumorale est le plus souvent isodense avec le parenchyme hépatique, mais un aspect hypodense ou même hyperdense peut être rencontré.

La prise de contraste de la cicatrice de la tumeur fibrolamellaire est variable et ne peut pas être utilisé comme un critère permettant de différencier une hyperplasie nodulaire focale et un carcinome hépatique fibrolamellaire.

• Imagerie par résonance magnétique (IRM)

Sur les coupes pondérées en T1, la tumeur se présente comme une masse hypointense par rapport au parenchyme hépatique normal. En T2 le carcinome fibrolamellaire apparaît discrètement plus hyperintense par rapport au parenchyme hépatique. La cicatrice fibreuse centrale apparaît hypointense en T1 et T2 (peut-être est-ce un critère distinctif avec l’hyperplasie nodulaire focale ? car la cicatrice centrale de cette lésion bénigne est généralement hyperintense en T2. En diffusion, les tumeurs hépatiques lamellaires ont tendance à montrer une diffusion restreinte. La prise de contraste est similaire à celle du scanner.

Certains auteurs ont rapporté que des agents de contraste spécifiques hépatobiliaires telles que gadoxetate disodique et gadobénate diméglumine peuvent être utile pour différencier la tumeur hépatique fibrolamellaire d’une hyperplasie nodulaire focale.

Bibliographie

• Ganeshan D, Szklaruk J, Kundra V, Kaseb A, Rashid A, Elsayes KM. Imaging features of fibrolamellar hepatocellular carcinoma. AJR Am J Roentgenol. 2014 Mar;202(3):544-52. doi: 10.2214/AJR.13.11117. Review. Erratum in: AJR Am J Roentgenol. 2014 Apr;202(4):933. Elsayes, Khaled [corrected to Elsayes, Khaled M].
• Parikh T, Drew SJ, Lee VS, Wong S, Hecht EM, Babb JS, Taouli B. Focal liver lesion detection and characterization with diffusion-weighted MR imaging: comparison with standard breath-hold T2-weighted imaging.Radiology. 2008 Mar;246(3):812-22.
• Hussain SM, Terkivatan T, Zondervan PE, Lanjouw E, de Rave S, Ijzermans JN, de Man RA. Focal nodular hyperplasia: findings at state-of-the-art MR imaging, US, CT, and pathologic analysis. Radiographics. 2004 Jan-Feb;24(1):3-17; discussion 18-9.
• Hussain SM, Zondervan PE, IJzermans JN, Schalm SW, de Man RA, Krestin GP. Benign versus malignant hepatic nodules: MR imaging findings with pathologic correlation. Radiographics. 2002 Sep-Oct;22(5):1023-36; discussion 1037-9.
• Blachar A, Federle MP, Ferris JV, Lacomis JM, Waltz JS, Armfield DR, Chu G, Almusa O, Grazioli L, Balzano E, Li W. Radiologists' performance in the diagnosis of liver tumors with central scars by using specific CT criteria. Radiology. 2002 May;223(2):532-9.
• Case records of the Massachusetts General Hospital. Weekly clinicopathological exercises. Case 36-2000. A 22-year-old man with night sweats, weight loss, and a hepatic mass. N Engl J Med. 2000 Nov 23;343(21):1553-60.
• Ichikawa T, Federle MP, Grazioli L, Marsh W. Fibrolamellar hepatocellular carcinoma: pre- and posttherapy evaluation with CT and MR imaging. Radiology. 2000 Oct;217(1):145-51.
• Ichikawa T, Federle MP, Grazioli L, Madariaga J, Nalesnik M, Marsh W. Fibrolamellar hepatocellular carcinoma: imaging and pathologic findings in 31 recent cases. Radiology. 1999 Nov;213(2):352-61.
• McLarney JK, Rucker PT, Bender GN, Goodman ZD, Kashitani N, Ros PR. Fibrolamellar carcinoma of the liver: radiologic-pathologic correlation. Radiographics. 1999 Mar-Apr;19(2):453-71
• Caseiro-Alves F, Zins M, Mahfouz A-E , Rahmouni A, Vilgrain V, Menu Y, Mathieu D. Calcification in focal nodular hyperplasia: a new problem for differentiation from fibrolamellar hepatocellular carcinoma.Radiology. 1996 Mar;198(3):889-92.
• Case records of the Massachusetts General Hospital. Weekly clinicopathological exercises. Case 2-1996. A 32-year-old woman with subcostal pain and a left hepatic mass. N Engl J Med. 1996 Jan 18;334(3):176-82. Erratum in: N Engl J Med 1996 Apr 18;334(16):1070. Comment in: N Engl J Med. 1996 May 30;334(22):1478-9; author reply 1479. N Engl J Med. 1996 May 30;334(22):1479.