Tomodensitométrie abdominale avec lavement
(Colo CT - Coloscan)

But / Généralités

Beaucoup de pathologies du côlon (cancer par exemple) se manifestent par un épaississement de la paroi colique. Le plus souvent, la mise en évidence de cet épaississement de la paroi du colon nécessite une distension des anses coliques. Celle-ci est réalisée par un lavement, c'est-à-dire l'introduction d'un produit de contraste par le rectum : c'est le coloscan.

Le comportement de la paroi après injection intraveineuse de contraste permet souvent de préciser le type de pathologie à l'origine de l'épaississement de la paroi colique, de sorte que le coloscan est souvent effectué avec une injection intraveineuse de contraste. Cette injection intraveineuse de contraste permet aussi une meilleure analyse d'autres organes comme le foie ou les reins

Une opacification des anses grêles est parfois effectuée pour 'éviter toute confusion entre une masse tumorale, un abcès et une anse intestinale tout simplement mal remplie

Le coloscan est souvent dédié à la recherche de lésions coliques tumorales. Selon le produit de contraste utilisé (voir ci-dessous), il peut aussi mettre en évidence des fistules ou des perforations.

En principe, on ne fait pas d'opacification du colon par voie rectale lorsqu'on est en présence d'un syndrome obstructif.

Technique

Pour opacifier la lumière colique, deux sortes de produits de contraste peuvent être employées :
1) les agents de contraste positif. La lumière intestinale apparaît de couleur blanche sur les coupes de scanner. Ces produits de contraste sont à base d'iode ou de baryum. Lorsqu'il y a une de suspicion de perforation digestive, seuls les produits iodés sont employés. Une fuite de baryum dans la cavité péritonéale peut provoquer des lésions graves.
2) des agents de contraste négatif. La lumière intestinale apparaît de couleur grisâtre ou noire sur les coupes tomodensitométriques. Les produits les plus couramment employés sont l'air et l'eau. Les agents de contraste négatifs permettent de mieux visualiser les parois intestinales (majoration de la différence de contraste entre la paroi et la lumière colique). Ces agents ne sont pas employés lors d'une suspicion de perforation digestive.

Déroulement de l'examen

Le patient est couché sur le côté droit et une petite sonde est introduite dans le rectum.
Si l'agent de contraste utilisé est de l'air, une poire à air est employée pour insuffler tout doucement de l'air.
Si l'agent de contraste est liquide, celui-ci est contenu dans un sac et ce sac est relié à la sonde par un petit tuyau. L'arrivée de produit de contraste liquide dans le côlon se fait tout doucement et ne provoque aucune douleur! Le volume de liquide usuel est de 1-1,5 litre. Dés que le sac contenant le contraste est vide ou que le côlon est suffisamment distendu, l'acquisition des images peut avoir lieu. L'examen dure moins de 10 minutes.

Référence:

• Megibow AJ, Balthazar EJ. Computed tomography of the Gastrointestinal Tract. St. Louis, CV Mosby. 1986.
• RM Gore, MS Levine, I Laufer. Computed tomography of the Gastrointestinal Tract: technique and principles of interpretation. In: Textbook of gastrointestinal radiology. 1st ed. Philadelphia, Pa. W.B Saunders. 1994:103-112.
• RM Gore, MS Levine, I Laufer. Cross sectional imaging (Colon). In: Textbook of gastrointestinal radiology. 1st ed. Philadelphia, Pa. W.B Saunders. 1994:1051-1063.
Shirkhoda A. Diagnostic pitfalls in abdominal CT. Radiographics. 1991 Nov;11(6):969-1002.
• Kircher MF, Rhea JT, Kihiczak D, Novelline RA.Frequency, sensitivity, and specificity of individual signs of diverticulitis on thin-section helical CT with colonic contrast material: experience with 312 cases. AJR Am J Roentgenol. 2002 Jun;178(6):1313-8.
• Thoeni RF, Cello JP. CT imaging of colitis. Radiology. 2006 Sep;240(3):623-38.
• Angelelli G, Macarini L, Lupo L, Caputi-Jambrenghi O, Pannarale O, Memeo V. Rectal carcinoma: CT staging with water as contrast medium. Radiology. 1990 Nov;177(2):511-4.
• Horton KM, Abrams RA, Fishman EK. Spiral CT of colon cancer: imaging features and role in management. Radiographics. 2000 Mar-Apr;20(2):419-30.