Fractures du plateau tibial externe

Les fractures du plateau tibial latéral sont rencontrées plus souvent que celles du côté interne, sans que l'on sache vraiment pourquoi: différence entre les structures osseuses, les forces lésionnelles en valgus ou en varus? Les fractures du plateau tibial peuvent résulter d'un choc à haute énergie (accident de voiture). Une chute avec des phénomènes de torsion et de compression est aussi un mécanisme connu pour ce type de fracture. Un pourcentage non négligeable de ces fractures du plateau tibial est associé à des lésions ligamentaires.

Classiquement, la recherche d'une fracture du tibia proximal commence par des radiographies de face et profil. Des incidences obliques et un cliché horizontal à la recherche d'une lipohémarthrose peuvent compléter le bilan. Malheureusement, sur les radiographies standards, les signes en faveur d'une fracture du tibia proximal peuvent être très subtils. Parfois aussi, la classification du type de fracture est difficile à effectuer avec un bilan standard. De sorte qu'en pratique, dans bon nombre de cas, les cliniciens demandent seulement des clichés du genou face et profil et complète le bilan de la fracture par un scanner.

L'examen tomodensitométrique du genou/tibia proximal est rapide (l'acquisition dure quelques secondes) et fournit des coupes axiales de très grandes résolutions. Avec les nouveaux scanners multibarrettes, les reconstructions sagittales et coronales obtenues sont d'une très grande qualité et précision. Des reconstructions tridimensionnelles sont effectuées à la demande.

Le grand avantage de l'imagerie par résonance magnétique (IRM), par rapport au scanner, est de pouvoir détecter la présence de lésions des tissus mous (ménisques, tendons, ligaments, muscle, etc.). Les fractures sont aussi visibles en IRM sous formes de lignes serpigineuses hypointenses en T1 et hyperintenses en T2 FATSAT. Les contusions osseuses sont visibles sous formes de zones hyperintenses en T2FATSAT/STIR. Toutefois, malgré une acquisition directe dans les trois plans de l'espace, les images obtenues en IRM sont d'une moins bonne résolution qu'au scanner et l'examen IRM dure plus longtemps (30 minutes). Chez certaines personnes, il n'est pas possible de faire une IRM du genou en raison de contre-indications: claustrophobie, présence de prothèses, clips, ou autre matériaux sensibles au champ magnétique.

Illustration

Femme âge d'un certain. Chute en montagne.

IRM du genou, coupe coronale, pondération T1. Image 1.
1, Fémur. 2, Tibia. Flèche, Trait de fracture.

Fracture du plateau tibial externe. Image 1
  • IRM du genou, coupe coronale, pondération T1. Image 1.
    1, Fémur. 2, Tibia. Flèche, Trait de fracture.

  • IRM du genou, coupe coronale, pondération T2 en FATSAT. Image 2.
    1, Fémur. 2, Ménisque interne. 3, Tibia. Flèche, Trait de fracture.

  • IRM du genou, coupe coronale, pondération T1. Image 3
    1, Fémur. 2, Tibia. Flèche, Trait de fracture.

  • IRM du genou, coupe coronale, pondération T2 en FATSAT. Image 4.
    1, Fémur. 2, Ménisque interne. 3, Tibia. Flèche, Trait de fracture.

  • IRM du genou, coupe coronale, pondération T1. Image 5.
    1, Fémur. 2, Tibia. Flèche, Trait de fracture.

  • IRM du genou, coupe coronale, pondération T2 en FATSAT. Imae 6.
    1, Fémur. 2, Ménisque externe. 3, Tibia. Flèche, Trait de fracture.

  • IRM du genou, coupe coronale, pondération T1. Image 7.
    1, Fémur. 2, Tibia. Flèche, Trait de fracture.

  • IRM du genou, coupe coronale, pondération T2 en FATSAT. Image 8.
    1, Fémur. 2, Ménisque externe. 3, Tibia. Flèche, Trait de fracture.

  • IRM du genou, coupe axiale, pondération T2 en FATSAT. Image 9.
    1, Tibia. 2, Fibula. 3, A et V poplitée. Flèche, Trait de fracture.

  • IRM du genou, coupe sagittale, pondération T2 en FATSAT. Image 10.
    1, Epanchement dans le cul-de-sac sous-quadricipital. 2, Fémur. 3, Rotule (patella). 4, Ligament croisé postérieur. 5, Ligament croisé antérieur. 6, Tibia. Flèche, Foyer fracturaire.

  • IRM du genou, coupe sagittale, pondération T2 en FATSAT. Image 11.
    1, Patella (rotule). 2, Epanchement dans le cul-de-sac sous-quadricipital. 3, Fémur. 4, Ligament croisé antérieur. 5, Ligament croisé postérieur. 6, Tibia. Flèche, Foyer fracturaire.

  • IRM du genou, coupe sagittale, pondération T2 en FATSAT. Image 12.
    1, Fémur. 2, Patella (rotule). 3, A et V poplitée. 4, Ligament croisé antérieur. 5, Tibia. Flèche, Foyer fracturaire.

Diagnostic: Fractures du plateau tibial externe.

Bibliographie:

♦ DW Stoller, P Tirman, M Bredella.Diagnostic Imaging: Orthopaedics. 1st ed. Salt Lake City.
Amirsys. 2004.