Angiographie par tomodensitométrie (Angioscanner - AngioCT)

But / Généralités

L'angioscanner est un examen uniquement dédié à l'étude des vaisseaux. L'angiographie par tomodensitométrie recherche les lésions vasculaires et/ou fournit une cartographie des vaisseaux en vue de la planification d'un traitement. L'angioscanner est un examen minimalement invasif puisqu'il ne nécessite qu'une ponction veineuse et l'injection de produit de contraste iodé. Cet examen utilise les rayions X (voir lien: tomodensitométrie). Le but ultime de l'angioCT est de fournir des informations équivalentes à celles d'une angiographie traditionnelle. Soulignons que si cette dernière est un examen invasif, un geste thérapeutique comme la pose d'un stent ou la dilatation d'une sténose peut être effectué durant une angiographie.

L'étude des artères coronaires par tomodensitométrie est un cas particulier discuté plus en détails sur la page suivante: coronaro CT

Technique

L'angioscanner doit satisfaire les critères suivants:
1) une synchronisation entre le passage du produit de contraste dans l'artère étudiée et l'acquisition des images pour que le vaisseau soit bien démontrée.
2) une résolution spatiale élevée (approchant celle de l'angiographie) pour que les vaisseaux de petites tailles soient bien visibles (repères anatomiques pour le chirurgien) ou que toutes les lésions d'importances cliniques soient détectées.
3) une couverture anatomique du système vasculaire étudié suffisante
4) un temps d'examen suffisamment court de manière à minimiser les artéfacts de mouvement ou dont la durée est inférieure à la durée d'une inspiration suspendue.
Le scanner permet l'acquisition de coupes "fines, jointives" de l'organe étudié. Toutes ces données sont utilisées pour former un volume. Des programmes informatiques fournis par les constructeurs des scanners permettent de visualiser les organes dans n'importe quel plan de l'espace. La méthode MIP (Maximum intensity projection) appliqué à l'étude d'une artère fourni des images d'une qualité camparables à celles d'une artériographie.

Exemples

Les premières angiographies par tomodensitométrie sont apparues avec l'avènement du scanner hélicoïdal. L'aorte fut le premier vaisseau étudié en raison de son diamètre important (2cm) et de son trajet perpendiculaire aux coupes axiales tomodensitométriques. Dés les années 1990-1995, le diagnostic de dissection aortique se fait avec le scanner et non plus avec l'angiographie traditionnelle. Bien entendu, la tomodensitométrie est l'examen non invasif de choix pour démontrer les complications des anévrismes de l'aorte ou des endoprothèses aortiques. (Dissection aortique, anévrisme de l'aorte)

L'arrivée des scanners multi-coupes a permis l'obtention d'images avec des temps d'acquisition plus courts et avec une résolution spatiale plus importante. L'apparition de tubes à rayons X supportant une chaleur plus importante a permis la réalisation d'examens tomodensitométriques ayant une surface anatomique plus grande. Toutes ces avancées technologiques ont permis une extension des études vasculaires par tomodensitométrie. La plus importante d'entre elles est certainement la coronarographie par tomodensitométrie qui est discuté sur une autre page.

L'étude du réseau artériel digestif par tomodensitométrie est utilisée tout aussi bien dans le bilan préopératoire d'une tumeur que dans un bilan pré transplantation (foie, rein).

L'étude de la vascularisation rénale, des réseaux artériels des membres inférieurs, des artères carotides ou du polygone de Willis sont en compétition avec l'angio-IRM.

Image 1. Angio-scanner. étude des artères rénales. 1, Rein droit. 2, Artère rénale droite. 3, Aorte. 4, Rein gauche.

Angiographie par tomodensitométrie - Image 1
  • Image 1. Angio-scanner. étude des artères rénales. 1, Rein droit. 2, Artère rénale droite. 3, Aorte. 4, Rein gauche.

  • Image 2. Angio-scanner. étude des artères rénales. 1, Artère hépatique. 2, Artère rénale droite. 3, Rein droit. 4, Aorte. 5, Artère splénique. 6, Artère rénale gauche.

  • Image 3. Angio-scanner. étude des artères rénales. 1, Rein droit. 2, Artère rénale droite. 3, Aorte. 4, Artère mésentérique supérieure. 5, Artère splénique.

  • Image 4. Angio-scanner. étude des artères rénales. 1, Artère hépatique. 2, Rein droit. 3, Rein gauche. 4, Rate.

  • Image 5. Angio-scanner. étude des artères rénales. 1, Tronc coeliaque. 2, Artère mésentérique supérieure. 3, Aorte.

  • Image 6 de 6. Angio-scanner. étude des artères rénales. 1, Rein droit. 2, Artère rénale droite. 3, Artère mésentérique supérieure. 4, Artère splénique.

Bibliographie :

• Willmann JK, Wildermuth S, Pfammatter T, Roos JE, Seifert B, Hilfiker PR, Marincek B, Weishaupt D. Aortoiliac and renal arteries: prospective intraindividual comparison of contrast-enhanced three-dimensional MR angiography and multi-detector row CT angiography. Radiology. 2003 Mar;226(3):798-811.
• Kock MC, Adriaensen ME, Pattynama PM, van Sambeek MR, van Urk H, Stijnen T, Hunink MG. DSA versus multi-detector row CT angiography in peripheral arterial disease: randomized controlled trial. Radiology. 2005 Nov;237(2):727-37.
• Ouwendijk R, de Vries M, Pattynama PM, van Sambeek MR, de Haan MW, Stijnen T, van Engelshoven JM, Hunink MG. Imaging peripheral arterial disease: a randomized controlled trial comparing contrast-enhanced MR angiography and multi-detector row CT angiography. Radiology. 2005 Sep;236(3):1094-103.
• Lee SS, Kim TK, Byun JH, Ha HK, Kim PN, Kim AY, Lee SG, Lee MG. Hepatic arteries in potential donors for living related liver transplantation: evaluation with multi-detector row CT angiography. Radiology. 2003 May;227(2):391-9.
• de Monyé C, Cademartiri F, de Weert TT, Siepman DA, Dippel DW, van Der Lugt A. Sixteen-detector row CT angiography of carotid arteries: comparison of different volumes of contrast material with and without a bolus chaser. Radiology. 2005 Nov;237(2):555-62.
• Orbach DB, Pramanik BK, Lee J, Maldonado TS, Riles T, Grossman RI. Carotid artery stent implantation: evaluation with multi-detector row CT angiography and virtual angioscopy - initial experience. Radiology. 2006 Jan;238(1):309-20.