Accident vasculaire cérébral ischémique et symptomatologie

Un accident vasculaire ischémique survient le plus souvent lors d’une interruption de la circulation du sang dans une artère cérébrale. Celle arrêt résulte généralement d’une occlusion du vaisseau par un caillot ou une embolie (un caillot qui provient d’une région extra-crânienne (cœur par exemple)).

En raison de ce blocage, le tissu en aval ne reçoit plus d’oxygène, de glucose ou d’autres métabolites nécessaires à son fonctionnement. Ce tissu meurt au bout de quelques minutes : c’est l’infarctus cérébral.

N’importe quel endroit du cerveau peut être lésé de cette manière.

La symptomatologie et sa sévérité dépend de la localisation de l’artère obstruée. Chaque territoire du cerveau a une fonction bien définie.

L’hémisphère cérébral dominant est celui dans lequel est situé le centre du langage. Chez la plupart des gens, il s’agit de l’hémisphère gauche. En fait, ce centre du langage est composé de différentes régions connectées entre elles et une lésion ischémique de l’une ou l’autre de ces zones entraîne des difficultés de l’expression orale.

Une destruction du tissu cérébral dont la fonction est de commander les mouvements des membres supérieurs et inférieurs entraîne une paralysie des membres de tout un côté (hémiplégie). En général, une lésion du cortex moteur situé dans l’hémisphère gauche provoque une hémiplégie droite. Une lésion du centre droit provoque une hémiplégie gauche.
Note : une grande partie des fibres nerveuses reliant le cortex cérébral moteur aux muscles croisent la ligne médiane (c’est-à-dire passent du côté gauche vers le droit) dans la partie inférieure du tronc cérébral. L’explication « lésion cortex moteur gauche = hémiplégie droite » se trouve dans cette particularité anatomique.

La symptomatologie dépend de la taille de la zone infarcie. On comprend dés lors pourquoi une lésion ischémique de l’hémisphère gauche peut provoquer une paralysie du côté droit et des difficultés pour parler.

Outre les hémisphères cérébraux, la boite crânienne contient le cervelet et le tronc cérébral.

Le cervelet est responsable de l’équilibre et de la coordination des mouvements. Une lésion ischémique entraîne une perturbation de ces fonctions. De nombreux nerfs crâniens sont issus du tronc cérébral. Ce dernier est aussi le siège du centre de contrôle de la respiration, du cœur, ou de l’attention. Une lésion située au niveau du tronc cérébral peut se manifester par une paralysie des nerfs crâniens (trouble de motricité oculaire, de la déglutition, une paralysie faciale, etc.)

L'examen neurologique du patient permet de se faire une idée de la localisation du tissu cérébral infarci et du vaisseau occlus. L'IRM permet de confirmer ces soupçons et de dater les lésions. Le traitement le plus adapté peut dés lors être proposé.

Bibliographie:

• Adams HP Jr, del Zoppo G, Alberts MJ, Bhatt DL, Brass L, Furlan A, Grubb RL, Higashida RT, Jauch EC, Kidwell C, Lyden PD, Morgenstern LB, Qureshi AI, Rosenwasser RH, Scott PA, Wijdicks EF; American Heart Association; American Stroke Association Stroke Council; Clinical Cardiology Council; Cardiovascular Radiology and Intervention Council; Atherosclerotic Peripheral Vascular Disease and Quality of Care Outcomes in Research Interdisciplinary Working Groups. Guidelines for the early management of adults with ischemic stroke: a guideline from the American Heart Association/American Stroke Association Stroke Council, Clinical Cardiology Council, Cardiovascular Radiology and Intervention Council, and the Atherosclerotic Peripheral Vascular Disease and Quality of Care Outcomes in Research Interdisciplinary Working Groups: the American Academy of Neurology affirms the value of this guideline as an educational tool for neurologists. Stroke. 2007 May;38(5):1655-711. Epub 2007 Apr 12. Erratum in Stroke. 2007 Jun;38(6):e38. Erratum in Stroke. 2007 Sep;38(9):e96.
• The European Stroke Organisation (ESO) Executive Committee and The ESO Writing Committee. Guidelines for management of ischaemic stroke and transient ischaemic attack. (http://www.eso-stroke.org/pdf/ESO08_Guidelines_Original_english.pdf). - accéder le 16.08.2011.