Les tumeurs intracrâniennes

Sous cette expression, on entend ici toutes les tumeurs (qu'elles soient bénignes ou malignes) qui se développent à l'intérieur de la boite crânienne.

Dans cette boite crânienne se trouvent le cerveau, les méninges, l’hypophyse, l’épiphyse et les nerfs crâniens. Tous les tissus composant ces différents organes peuvent être à l’origine de tumeurs. Celles-ci sont classées selon les caractéristiques des cellules qui les composent.

Les tumeurs intracrâniennes primitives (primaires) sont des tumeurs développées exclusivement à partir de cellules que l'on trouve dans le cerveau ou ses enveloppes, de l'hypophyse ou de la glande pinéale et des nerfs crâniens. On les distingue des métastases cérébrales qui sont des greffes tumorales secondaires à une lésion maligne dont l'origine est un organe se trouvant en dehors du système nerveux central.

Les tumeurs intracrâniennes primaires ont quelques particularités :
• elles s’étendent le plus souvent par continuité (envahissement local), par le système ventriculaire ou même via les méninges. Une tumeur cérébrale peut donc métastatiser dans le canal rachidien. Néanmoins, les tumeurs cérébrales primaires métastatisent rarement dans des organes se trouvant en dehors du système nerveux central (c'est-à-dire les poumons, le foie, etc.).
• une tumeur bénigne peut provoquer une importante symptomatologie (épilepsie, déficit fonctionnel, etc.) ou être de mauvais pronostic si l'effet de masse qu'elle provoque est suffisamment conséquent et comprime des structures vitales.

Les tumeurs cérébrales n’ont généralement pas une apparence radiologique caractéristique et la planification du traitement nécessite un prélèvement de tissu pour connaître la nature exacte de la lésion.

Classification histologique des tumeurs intracrâniennes

Les tumeur intracrâniennes sont classées selon le type de tissu identifié au microscope (classification histologique), ou leur origine.

Une tumeur intracrânienne peut provenir:
• du tissu interstitiel cérébral proprement dit (que l'on appelle aussi tissu glial) et, selon le type de cellules trouvée au microscope, ces tumeurs sont dénommées: astrocytomes, oligodendrogliomes, glioblastomes, etc.
• des enveloppes du cerveau (méninges) et on les appelle des méningiomes
• de l'hypophyse; ce sont les adénomes hypophysaires.
• des nerfs crâniens; la tumeur la plus fréquemment rencontrée dans cette catégorie est le schwannome de l'acoustique.
• d'un organe extra-crânien et c'est une métastase.

Fréquences relatives des différentes tumeurs intracrâniennes

Type de tumeur Fréquence
Tumeurs neurogliales (astrocytome, oligodendrogliome, etc.) 40%
Tumeurs métastatiques 35%
Méningiomes et apparentés 10%
Tumeurs de l'hypophyse 5%
Tumeur des nerfs crâniens 3%
Lymphome et apparentés 2%
Autres 5%

Illustrations

Pour visualiser la galerie d'images, cliquer sur la vignette ci-dessous.

  • Tumeurs intra-crâniennes. Image 0
  • Tumeurs intra-crâniennes. Image 1.
    Tumeurs intra-crâniennes. Image 1. IRM: coupe axiale, pondération T2. 1, Lobe frontal. 2, Scissure latéral (scissure de Sylvius). 3, Lobe temporal. 4, Ventricule latéral. 5, Sinus droit. 6, Sinus sagittal supérieur. Flèche, Astrocytome de grade 3.
  • Tumeurs intra-crâniennes. Image 2.
    Tumeurs intra-crâniennes. Image 2. IRM du cerveau, coupe coronale T2. 1, Lobe temporal droit. 2, Ventricule latéral. Flèche, Masse hétérogène infiltrant la partie antérieure des deux lobes frontaux et le corps calleux. Il existe des changements kystiques dans la tumeur et un effet de masse sur le système ventriculaire.
  • Tumeurs intra-crâniennes. Image 3.
    Tumeurs intra-crâniennes. Image 3. IRM cérébrale (Coupe sagittale, pondération T1 et après injection i.v. de contraste). M, Métastase. 1, Pôle frontal. 2, Pôle occipital. 3, Cervelet.
  • Tumeurs intra-crâniennes. Image 4.
    Tumeurs intra-crâniennes. Image 4. IRM du cerveau. Coupe sagittale. Pondération T1, après injection iv. de gadolinium. 1, sinus sphénoïdal. 2, Pôle frontal. 3, Corps calleux. 4, IVéme ventricule. 5, Cervelet. 6, Pons. Flèche, Macroadénome de l'hypophye.
  • Tumeurs intra-crâniennes. Image 5.
    Tumeurs intra-crâniennes. Image 5. Coupe axiale pondération T1, après injection i.v. de chélates de gadolinium. 1, Septum nasal. 2, Sinus maxillaire droit. 3, Pons. 4, Cervelet. 5, Sinus tranverse. Flèche, Schwannome vestibulaire.
  • Tumeurs intra-crâniennes. Image 6.
    Tumeurs intra-crâniennes. Image 6 de 6. IRM cérébrale, coupe sagittale, T1 après gadolinium 1, Sinus maxillaire. 2, Globe oculaire. 3, Pôle frontal. 4, Cervelet. 5, Pôle occipital. Flèche rouge, Méningiome. Flèche jaune Queue durale.

Remarques importantes

Le choix du traitement est décidé en fonction du type histologique de la tumeur cérébrale et de ses caractéristiques. Ce choix repose donc sur l'examen microscopique du tissu tumoral (et non sur l'apparence radiologique de la tumeur). Cette règle souffre d'exceptions car il n’est pas toujours possible de réaliser des biopsies en raison des risques encourus par le patient (exemple: biopsie d'une lésion touchant les centres vitaux du tronc cérébral).

Bibliographie

• AG Osborn, SI Blaser, KL Salzman. Diagnostic Imaging: Brain. 1st ed. Salt Lake City. Amirsys. 2004.
• Scott W. Atlas. Magnetic Resonance Imaging of the Brain and Spine. 3rd Ed edition. Lippincott Williams & Wilkins. 2001.
• AG Osborn. Diagnostic neuroradiology. Mosby. St Louis, 1994.
• Robbins SL, Cotran SL. Pathologic Basis of Disease. 4th ed. WB Saunders. 1989.


Menu Cerveau et moelle épinière

MENU