Engagement cérébral

Le cerveau est enfermé dans une coque rigide, le crâne.
Á l’intérieur de cette boîte crânienne, les différentes structures cérébrales sont réparties dans différents compartiments délimités par la faux du cerveau et la tente du cervelet. Ces subdivisions communiquent entre elles.
Le foramen magnum est un orifice mettant en communication le contenu de la boîte crânienne et le canal rachidien.

La croissance d'un processus pathologique à l'intérieur d'un compartiment entraîne le déplacement de structures cérébrales normales hors de ce compartiment, vers d'autres parties du crâne. Cette hernie du tissu cérébral dans une autre subdivision est appelé engagement cérébral.

Un engagement cérébral peut être la cause d'une compression des structures cérébrales vitales (tronc cérébral, artères cérébrales) et entraîner rapidement le décès.

Les tumeurs, les hématomes et les abcès sont les processus expansifs cérébraux qui sont le plus souvent à l'origine d'un engagement cérébral.

On distingue différents types d'engagement. Les plus fréquents sont:
l'engagement cingulaire : C'est la forme la plus souvent rencontrée. Le gyrus cingulaire est déplacé vers l'hémisphère controlatéral et se trouve sous la faux du cerveau;
l'engagement temporal : Un processus expansif unilatéral est très souvent à l'origine de ce type d'engagement. La partie interne et basale du lobe temporal (T5) est poussée dans la fosse postérieure et se trouve plaquée contre l'incisure tentorielle. L'évolution peut être marquée par une compression du nerf oculomoteur (III) ipsilatéral, un écrasement de l'artère cérébrale postérieure ipsilatéral (avec infarctus consécutif et cécité du côté de la lésion), ainsi qu'une compression du pédoncule cérébral contre le bord libre de la tente du cervelet (paralysie du côté du processus expansif !);
Engagement cérebelleux : Un processus expansif de la fosse postérieure est très souvent à l'origine de ce type d'engagement. Les tonsilles (amygdales) cérébelleuses sont descendus dans le foramen magnum (trou occipital). Il en résulte une compression du bulbe avec lésions des centres respiratoire et des centres de la régulation cardiaque.

Selon l'importance et la localisation du processus expansif, plusieurs types d'engagement cérébral peuvent coexister.

Illustrations

Renversé sur le trottoir par un vélo. Arrêt cardio-respiratoire. Réanimation et intubation.

Scanner cérébral demandé pour bilan.

Pour visualiser les images de plus grandes tailles, cliquer sur la vignette ci-dessous.

Engagement temporal: Image 0.
  • Engagement temporal. Image 1.
    Engagement temporal. Scanner cérébral sans injection, coupe axiale. Image 1. 1, Faux du cerveau. 2, Sinus frontal. 3, Méningiome. 4, Hématome sous-dural.
  • Engagement temporal. Image 2.
    Engagement temporal. Scanner cérébral sans injection, coupe axiale. Image 2. 1, Ventricule latéral droit (partie postérieur dilatée). 2, Ventricule latéral gauche (peu visible, tellement il est comprimé). 3, Hématome temporal gauche avec oedème périlésionnel entraînant une déviation des structures de la ligne médiane.
  • Engagement temporal. Image 3.
    Engagement temporal. Scanner cérébral sans injection, coupe axiale. Image 3. 1, Corne temporale droite dilatée. 2, Globe oculaire droit. 3, Sinus sphénoïdal. 4, Hématome temporal gauche avec important oedème périlésionnel.
  • Engagement temporal. Image 4.
    Engagement temporal. Scanner cérébral sans injection, coupe axiale. Image 4. 1, Corne ventriculaire droite dilatée. 2, Sinus maxillaire droit. 3, Sinus sphénoïdal. 4, Lobe temporal gauche.
  • Engagement temporal. Image 5.
    Engagement temporal. Scanner cérébral sans injection, coupe coronale. Image 5 de 5. 1, Tente du cervelet. 2, Corne temporale droite (la gauche n'est pas visible). 3, Corne frontale droite. 4, Faux du cerveau. 5, Hématome temporal gauche entraînant une déviation des structures de la ligne médiane, une compression du ventricule latéral gauche, une dilatation des cornes ventriculaires frontale et temporale droite.

Le scanner montre:
• un processus expansif temporal gauche (hématome avec oedème périlésionnel, contusions hémorragiques, hématome sous-dural et hémorragie sous-arachnoïdienne);
• un engagement cingulaire avec compression de la corne frontal gauche et dilatation de la corne frontale droite;
• un déplacement des structures de la ligne médiane avec compression du ventricule latéral gauche et dilatation du ventricule latéral droit;
• un engagement temporal gauche avec disparition des citernes péripontiques, absence de visualisation de la corne temporale gauche et dilatation de la corne temporale droite, effacement des citernes périmésencéphaliques.

N. B. : Le méningiome frontal gauche est de découverte fortuite.