Embolie gazeuse cérébrale et scanner cérébral

Définition et conséquences

La circulation de bulles de gaz dans le système vasculaire est appelé embolie gazeuse. Ces bulles de gaz peuvent obstruer la circulation sanguine et provoquer une ischémie du territoire situé en aval de l’obstruction. Une embolie gazeuse massive peut désamorcer la pompe cardiaque.
La présence de gaz circulant dans le sang peut être a l'origine de décès ou de séquelles neurologiques graves.

Causes

Les embolies gazeuses peuvent être :
• iatrogène (c’est-à-dire survenir au cours d’une intervention chirurgicale, d’une procédure diagnostique comme les biopsies pulmonaires, d'un acte médical comme la mise en place ou le débranchement d'un accès veineux ou artériel, lors d'une perfusion, etc.)
• non iatrogène (traumatisme entraînant une plaie perforante du thorax ou du cou; le suicide)
ou
• peuvent survenir lors de la plongée subaquatique (surpression pulmonaire, accident de décompression).

Physiopathologie

Les accidents de plongée par surpression pulmonaire sont provoqués par une expansion excessive des alvéoles pulmonaires lors de la remontée vers la surface. Cette distension excessive peut entraîner l’irruption d'air dans les vaisseaux sanguins du poumon. Dés lors, par divers mécanismes (shunts droit-gauche par exemple), les bulles de gaz peuvent gagner le système circulatoire systémique et bloquer l'irrigation de certaines parties du coeur, du système nerveux central, etc.
Ce type de situation peut survenir lorsqu’un plongeur émerge en bloquant sa respiration.
Ces phénomènes de surpression peuvent se rencontrer aussi, même si le plongeur a un comportement correct, lorsqu'il existe un air-trapping.

Pour les accidents de décompression, la formation de bulles de gaz dans le résulte du passage trop rapide du gaz dissous dans le plasma sanguin à un état gazeux. Ce passage de l’état dissous à l’état gazeux est provoqué par la diminution de la pression ambiante.

Pour les causes iatrogènes, la migration de bulles de gaz dans le sang résulte le plus souvent d’une effraction de la paroi vasculaire, d’une injection d'air par inadvertence ou de phénomènes d'aspiration lié à une mauvaise manipulation d'un accès vasculaire.

Embolie gazeuse cérébrale

La présence de bulles de gaz dans la ciculation cérébrale induit, en aval de l'obstruction, une réduction de la perfusion sanguine et l'apparition de signes de souffrance cérébrale.

Les manifestations cliniques sont aspécifiques et variables: déficit moteur, céphalées, convulsions, altération de l’état de conscience, état confusionnel. Lorsque les centres cérébraux vitaux sont lèsés, une respiration de type Cheyne–Stokes, des arythmies cardiaques ou un collapsus circulatoire peuvent etre observés.

Traitement: recompression dans un caisson hyperbare (HBPO) - (Dans l'intervalle, O2 100%)

Imagerie

Le scanner cérébral peut mettre en évidence les bulles de gaz ("images aériques" : tâches noires), mais la littérature fait état d'un grand nombre de faux-négatif. Le scanner ne détecte pas les lésions ischémiques cérébrales pendant les 24 premières heures.

L'IRM découvre précocément les lésions ischémiques (quelques heures après le début de la symptomatologie), mais la détection des bulles de gaz elles-mêmes reste problématique.

Il n'y a donc pas de méthode d'imagerie qui permette de détecter «à tous les coups» la présence de bulles de gaz dans la circulation cérébrale. Le diagnostic est généralement posé sur des bases cliniques et les circonstances de survenue de la symptomatologie.

Illustration

Une embolie gazeuse cérébrale est soupçonnée cliniquement et le scanner cérébral est effectué au décours d'un bilan thoracique.

Attention : Un pneumothorax doit être drainé avant le passage au caisson (recompression, et la loi de Boyle est toujours applicable (dilatation des gaz) !!! ).

Lecture des images

Des reconstructions en fenêtres parenchymateuse et des images minIP (minimum Intensity Projection) en fenêtre osseuse sont données successivement dans le plan axial, coronal et sagittal.

Inspecter les coupes parenchymateuses cérébrales à la quête d'images aériques (on a mis quelques flèches). Rechercher s'il s'agit d'images localisées, diffuses, et si elles existent à droite et à gauche. Dès lors, on peut faire la distinction entre « Bruit » et « images aériques ».

Les coupes minIP maximisent la présence des bulles d'air. Ces dernières sont réparties en images linéaires ramifiées qui ne peuvent correspondre qu'à des vaisseaux.

Pour visualiser les images de grandes tailles, cliquer sur la vignette ci-dessous.

  • Embolie gazeuse cérébrale. Image 1.
    Embolie gazeuse cérébrale. Image 1. Scanner cérébral sans injection de contraste, reconstruction axiale. 1, Hémisphère cérébral droit. 2, Hémisphère cérébral gauche. 3, Faux du cerveau. Flèche, bulles d'air.
  • Embolie gazeuse cérébrale. Image 2.
    Embolie gazeuse cérébrale. Image 2. minIP axial CT cérébral. 1, Hémisphère cérébral droit. 2, Hémisphère cérébral gauche. 3, Faux du cerveau. Flèche, bulles d'air.
  • Embolie gazeuse cérébrale. Image 3.
    Embolie gazeuse cérébrale. Image 3. Scanner cérébral sans injection de contraste, reconstruction coronale. 1, Sinus sagittal supérieur. 2, Hémisphère cérébral droit. 3, Hémisphère cérébral gauche. 4, Tente du cervelet. Flèche, bulles d'air.
  • Embolie gazeuse cérébrale. Image 4.
    Embolie gazeuse cérébrale. Image 4. minIP coupes CT cérébral. 1, Hémisphère cérébral droit. 2, Hémisphère cérébral gauche. 3, Faux du cerveau.
  • Embolie gazeuse cérébrale. Image 5.
    Embolie gazeuse cérébrale. Image 5. Scanner cérébral sans injection de contraste, reconstruction sagittale. 1, Globe oculaire. 2, Pôle frontal. 3, Pôle occipital. 4, Cervelet. 5, Sinus maxillaire droit. Flèche, bulles d'air.
  • Embolie gazeuse cérébrale. Image 6
    Embolie gazeuse cérébrale. Image 6 de 6. minIP sagittal CT cérébral. ANT, Antérieur. VL, Ventricule latéral. POST, Postérieur.

Bibliographie

• Muth CM, Shank ES. Primary care. Gas embolism. N Engl J Med. 2000 Feb 17;342(7):476-82.
• McGee DC, Gould MK. Preventing complications of central venous catheterization. N Engl J Med. 2003 Mar 20;348(12):1123-33.
• Cuvelier A, Muir JF. Images in clinical medicine. Venous air embolism. N Engl J Med. 2006 Jun 22;354(25):e26
• Teichgräber UK, Benter T. Images in clinical medicine. Air embolism after the insertion of a central venous catheter. N Engl J Med. 2004 May 6;350(19):e17.
• Ibukuro K, Tanaka R, Takeguchi T, Fukuda H, Abe S, Tobe K. Air embolism and needle track implantation complicating CT-guided percutaneous thoracic biopsy: single-institution experience. AJR Am J Roentgenol. 2009 Nov;193(5):W430-6.
• Dutra M, Massumoto C. Images in clinical medicine. Cerebral air embolism. N Engl J Med. 2012 Aug 30;367(9):850.


Menu Cerveau et moelle épinière

MENU